Automobile

Montage automobile en Algérie : La fin d’une « supercherie » ?

2
automobile en algérie
S'abonner :

Algérie – Le gouvernement Algérien a annoncé le retour à l’importation de véhicules neufs via les concessionnaires, en parallèle à la suppression du système préférentiel relatif à l’importation d’équipements SKD/CKD. Une annonce décisive pour le secteur, laissant ainsi planer de nombreuses questions quant aux perspectives qui attendant le marché de l’automobile en Algérie.

La décision de supprimer le système préférentiel pour l’importation d’équipements SKD et CKD pour les usines de montage automobile en Algérie. et autorisant l’importation de voitures toutes neuves; fera des « grosses têtes » des voitures montés localement des opérateurs affaiblis et au bord de la faillite.

Concrètement, les usines de montage automobile sont dans un état de cessation totale d’activité depuis près d’un an après la décision du gouvernement de cesser d’importer des pièces SKD et CKD; ainsi que des preuves que les propriétaires de ces usines étaient impliqués dans des affaires de corruption majeures qui ont ébranlé l’opinion publique et les ont conduits par la suite à se retrouver derrière les barreaux.

5 ans de « favoritisme » pour quel résultat ?

Le résultat, de cinq ans d’autorisation de construire des usines pour monter des voitures dans un contexte de grand favoritisme et de corruption, a révélé un échec catastrophique à tous les niveaux de cette activité, sur le plan qualitatif comme quantitatif, ou en termes de prix et d’abondance, ce qui a fait des propriétaires de ces usines sujets au mécontentement des Algériens.

Rappelons dans le même sillage que la majorité des propriétaires d’usines de montage automobile, n’étaient que des agents d’importation de véhicules avant 2014.

Grâce à leur alliance avec le système mafieux de l’époque, et au cours de ce processus; ils ont formé un groupe d’influence après avoir pu mélanger l’argent « sale » avec la politique en raison de la complicité des symboles d régime.

Fin du montage automobile en Algérie ?

Faute de kits CKD/SKD, l’activité d’assemblage et de montage automobile en Algérie; s’est brusquement interrompue en 2019. Premier résultat de la politique commerciale visant à réduire la facture d’importations par l’Etat; qui a décidé d’imposer aux constructeurs automobile du pays un quota d’importation de kits SKD au cours de l’année 2019.

Article recommandé :  Algérie : Rebrab annonce le retour de la commercialisation des véhicules

Avec l’arrivée de Abdelmadjid Tebboune à la tête du pays, il a été décidé d’arrêter tout bonnement l’importation de kits d’assemblage et de montage automobile SKD/CKD; dans le cadre de la lutte contre « la surfacturation et l’importation tous azimuts ».

Tebboune a ainsi validé par la même occasion les décisions de son ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali Braham, qui avait décidé, pour sa part; dès son arrivé aux commandes du secteur, de geler les avantages fiscaux et les exonérations douanières accordés aux constructeurs automobile en Algérie.

Importation de voitures neuves en Algérie : Quel intérêt pour le consommateur ?

Article précédent

Cours en ligne et fin d’année universitaire en Algérie : Ce qu’il faut savoir

Article suivant

Lire aussi

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Anciens
Récents Les + votés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mellah hocine

Quelque part ce sont les mêmes responsables d’aujoud’hui qui étaient responsables a l’époque de l’attribution des marchés de montage de voitures. Pourquoi l’État ne retirerait pas toutes ces aides apportées à ces usines de montage , au lieu de freiner directement cet ombryon industriel ? Que va t on faire de toute cette main d’oeuvre qui sera en chômage ? Que va t on faire de toutes ces usines qui sont équipées , va t on les laisser à l’abandon ou les rétribuer à d’autres investisseurs ? . Le Dinars symbolique refera surface.

Izou

C’est le moment opportun de prendre cette décision ! Car partout dans le monde et dans les pays qui se respectent, la vie se résume en une tarte bien garnie où chacun à droit à une part et c’est selon ce qui est tout à fait juste et normal ; ches nous elle se résume à une tarte de merde dont les grandes parts sont toujours destinées aux démunis ! Le citoyen lambda n’a pas besoin de voiture mais exige des moyens de transports divers disponibles en tout temps et en tous lieux, soumis à des lois applicables pour tous.… Lire la suite »