Politique

Mohcine Belabbas fustige Macron après ses déclarations sur l’Algérie

0
algérie belabbas macron
S'abonner :

Algérie – Mohcine Belabbas, président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), s’en prend au chef de l’État français, Emmanuel Macron, suite aux propos de ce dernier au sujet de l’Algérie.

Le chef de file du RCD, Rassemblement pour la culture et la démocratie, Mohcine Belabbas ne s’est pas gêné en ripostant au président français Emmanuel Macron, à propos de ses déclarations sur l’Algérie. L’héritier de Saïd Saadi, à la tête de la formation social-démocrate, accuse la France de bien pire que de l’ingérence dans les affaires souveraines des pays africains en général. Et du nôtre en particulier.

L’homme à la tête du parti d’obédience démocrate s’irrite face à ce qu’il appelle des « leçons de démocratie et gouvernance ». Des leçons auxquelles s’exercerait Macron, selon lui. Les propos de Belabbas figurent sur son compte Facebook. Leur publication date d’hier 20 novembre. « S’adressant aux dirigeants africains, il se croit autorisé à distribuer des certificats de légitimité », écrit donc l’homme politique en faisant référence au président Macron.

Les destinataires de ces « certificats », seraient, d’après le patron du RCD, les « dirigeants des ‘indigènes que nous sommes’ ». Aux yeux de Belabbas, les déclarations de Macron sur l’Algérie seraient « bien plus qu’une simple ingérence ». Pour lui, il s’agirait de « la révélation que la France est aux manettes d’une feuille de route pour notre pays ».

Belabbas souhaite la fin des sommets France Afrique

Mohcine Belabbas interpelle Emmanuel Macron. Il lui dit alors : « Ce sont précisément les interventions répétées de la France officielle dans les choix souverains des pays africains qui posent problème. La France post coloniale est une partie de notre problème. En plus de faire partie d’un passé douloureux pour l’Algérie et l’Afrique ». Celles-ci « ne peuvent se complaire dans un statut de subalterne au service d’intérêts néocoloniaux ».

« Les dirigeants africains, notamment ceux élus par leurs peuples, doivent cesser de prendre part au sommet de la France Afrique ». Action que recommande Mohcine Belabbas. Ce dernier explique qu’ils y « sont convoqués comme de simples préfets. Pour y recevoir des orientations et des injonctions. Les Africains peuvent s’offrir eux-mêmes l’avenir auquel ils aspirent ». C’est ce dont assure le dirigeant de parti, en conclusion de son texte.

Article recommandé :  Tebboune à la France : « L'Algérie n'est pas un protectorat français »

Équipe d’Algérie : Ramy Bensebaini testé positif au Coronavirus

Article précédent

Algérie : L’impact de la fermeture des frontières sur la crise du Covid-19

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.