22.9 C
Alger
22.9 C
Alger
mardi, 21 mai 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieDevise AlgérieMarché noir de devises en Algérie : Des vendeurs monopolisent l’Euro

Marché noir de devises en Algérie : Des vendeurs monopolisent l’Euro

Publié le

- Publicité -

Algérie – Bien que le marché noir des devises connaît à l’heure actuelle une situation délicate, les grands cambistes en Algérie profitent de la situation afin de stocker le maximum de devises fortes, en vue de se positionner en monopole pour la période post-crise.

En réponse à la décision des autorités publiques visant à fermer les quatre postes frontaliers situés à l’Est du pays communiquant avec la Tunisie, notamment les wilayas d’El-Oued, d’El-Tarf, de Souk-Ahras et de Tébessa; les vendeurs de devises continuent de résister malgré les répercussions négatives de l’épidémie du Coronavirus sur le marché noir de la devise en Algérie.

Ayant effectué un tour auprès de l’espace de change informel dans la wilaya de Tébessa, le quotidien arabophone El Khabar; a indiqué que l’esplanade était déserte et qu’aucun mouvement habituel n’a été remarqué. Cela représente une image réaliste du reste des marchés noirs des devises à travers le territoire national. Un espace de change informel, qui en temps normal est bondé de clients intéressés par l’achat ou la vente de devises; à savoir l’Euro ou le Dinar Tunisien, étant cette région proche de la Tunisie.

- Publicité -

Selon des témoignages recueillis par la même source, les moyens de revenus des petits cambistes se sont effondrés à la lumière de la propagation du Coronavirus, qui a plombé tous les échanges aériens, maritimes et terrestres; à titre personnel ou voyage d’affaires; ou encore dans le but de l’import/export. Un des cambistes interrogé par le journal d’expression arabe; a déclaré être dans un état misérable, car sa principale source de revenus a été dissoute, le confrontant à la pauvreté et au chômage.

Monopole et stock de devises..

D’autre part, un jeune cambiste semblait conscient de l’impact du marché noir sur l’économie du pays. Ainsi, il a remis en cause le système de contrôle national, selon ce jeune homme, si l’État avait concrètement organisé cette activité avec de véritables bureaux de change accrédités depuis l’indépendance; la situation serait différente actuellement, tant pour eux, les cambistes que pour l’État qui poursuit les devises qui circulent sur le marché noir; a-t-il rétorqué.

Toujours, dans l’espace de change informel des devises à Tébessa, l’un des jeunes interrogés par notre source a révélé que les grands opérateurs activant dans le marché noir des devises en Algérie; se sont rapidement rués sur la place depuis le début de l’épidémie, thésaurisant le maximum de devises; en guise de stock pour l’après crise sanitaire; où l’activité des voyages et de l’importation va certainement reprendre, augmentant la demande des devises et ainsi faire flamber le prix de ces dernières à ce moment-là

- Publicité -

Sans la forte demande venant de ces derniers, les petits commerçants de cet espace parallèle se seraient retrouvés face à des niveaux de pertes alarmants; a-t-il reconnu. « Certains jeunes ont même vendu leur monnaie à un prix faible par rapport à l’achat et ceci malgré eux, afin de subvenir aux besoins de leur famille à l’approche du mois sacré de Ramadan. »; a conclu le jeune homme.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -