Marché noir Algérie : L’euro se fera rare tant que les frontières sont closes

Algérie – La fermeture des frontières empêchent les membres de la communauté nationale à l’Étranger de rentrer en Algérie, neutralisant ainsi l’injection des sommes importantes, habituellement disponibles, dans les circuits du marché noir de la devise.

L’euro remonte face au dinar au marché noir de change en raison du processus de déconfinement graduel enclenché en Algérie, mais la devise manque, et tant que les frontières demeurent closes, affirment les cambistes ; les émigrés, munis de leurs sommes de monnaie forte, ne peuvent rentrer au pays ; et c’est ainsi que la rareté continuera de frapper la monnaie unique européenne.

Tandis que, par conséquent, sa valeur ne cessera d’augmenter. Jeudi dernier, Le Soir d’Algérie est allé voir les cambistes au Square. L’un d’entre eux, un certain Ahmed, a livré sa lecture au quotidien national. « Tant que les émigrés ne sont pas de retour, la devise se fera rare ; et en même temps elle poursuit son ascension » ; a-t-il tranché.

L’une des principales sources d’approvisionnement en devises du marché parallèle des changes s’est donc asséchée. Les restrictions aux frontières bloquent l’accès à cette grande partie de nos ressortissants ; qui rentrent régulièrement. Leur absence cette année, sachant que les vacances d’été sont la période qui enregistrent la quantité la plus intense des retours de ces Algériens de l’Étranger ; impliquent la fermeture d’un canal monétaire qui verse dans le marché noir des devises.

Un (1) euro au-delà des 200 DA dans quelques jours

La monnaie unique européenne a alors repris sa forme devant le dinar algérien dans la sphère parallèle. C’est de cette manière qu’un euro équivaut à 196 DA. Les observateurs s’attendent à des élévations supplémentaires ; dans les prochains jours. L’espoir d’une imminente réouverture des frontières anime le désir des clients d’acquérir la devise.

Cette demande croissante, conjuguée à une offre timide à cause de la rareté des monnaies fortes, en particulier l’euro ; engendre la remontée des cours de change. C’est en tout cas ce que l’on peut déduire des propos du média francophone. Celui-ci affirme, en citant des connaisseurs du Square Port Saïd, que 1 € dépassera les 200 dinars. Cela dans les jours qui suivent.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes