Marché du blé en Algérie : les précisions du ministre

Algérie – Depuis l’invasion russe de Ukraine, l’incertitude plane sur l’approvisionnement du blé sur le marché mondial, étant donné que les deux pays sont les principaux producteurs et exportateurs de cette matière première. Le ministre de l’Agriculture et du développement rural (MADR) en Algérie apporte des précisions à ce sujet.

Depuis que la guerre russo-ukrainienne a commencé, l’économie du monde entier est déstabilisée. Les prix des matières premières ont connu une hausse spectaculaire provocant la pénurie de certains aliments. C’est le cas du blé dont le prix ne cesse d’augmenter sur le marché, c’est pourquoi le ministre de l’Agriculture et du développement rural (MADR) en Algérie, Mohamed Abdelhafid Henni, s’est exprimé à ce sujet.

En fait, la Russie et l’Ukraine constituent les premiers pays exportateurs du blé. Ces deux États sont en guerre depuis le début du mois de mars. Une conflit politique qui a provoqué une grave crise en matière d’approvisionnement du marché mondial en blé. D’ailleurs, l’Algérie a fait les frais des sanctions appliquées contre la Russie (fournisseur traditionnel de l’Algérie) au sein du système Swift.

En conséquence, cette dernière s’est donc retrouvée à faire la prospection d’autres pays fournisseurs de blé. À ce propos, selon le premier responsable du secteur agricole, l’Algérie a pris ses dispositions. Elle a également « anticipé ses achats pour constituer des stocks de sécurité ». C’est en tout cas ce qu’a déclaré le même locuteur. Cela lors de son intervention sur les ondes de la Radio nationale ce dimanche.

Le ministre écarte tout risque de pénurie de blé en Algérie

Le ministre est revenu au sujet de l’approvisionnement en blé dans une période marquée par la guerre en Ukraine. Contre toute attente, il s’est montré particulièrement confiant. Il a d’ailleurs tenu à rassurer sur la disponibilité du blé dans le pays. Il a, dans ce sens,  précisé que « nous avons jusqu’à la fin de l’année 2022 pour le blé dur et jusqu’à fin août 2022 pour le blé tendre ».

D’autre part, le même locuteur a abordé un deuxième point important. Il concerne l’importation du blé auprès des fournisseurs européens. Il a alors indiqué que malgré la situation actuelle, « les pays fournisseurs traditionnels de l’Algérie ont confirmé qu’ils respecteront les approvisionnements habituels ».

Par ailleurs, la tutelle a fait remarquer que « l’Algérie est quasiment autosuffisante, et qu’en fonction des années, nous importons des quantités d’appoint ». Le membre du gouvernement a ajouté, dans le même volet, que « les stocks de sécurité sont systématiquement reconstitués ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes