Mandat d’arrêt international contre Chakib Khelil et Bouchouareb

Chakib Khelil et Abdeslam Bouchouareb, dont les noms sont cités dans un grand nombre d’affaires de corruption en Algérie; sont officiellement visés par un mandat d’arrêt international.

En effet, comme le rapporte le journal « Le Soir d’Algérie » ce dimanche 03 novembre, un mandat d’arrêt international a été émis à l’encontre des deux anciens ministres de Bouteflika. Ils ont été convoqués deux fois de suite par la justice algérienne. Deux convocations auxquelles ils n’ont pas répondu présents.

Pour justifier leur absence, Khelil et Bouchouareb auraient transmis des justificatifs médicaux; attestant de leur incapacité de se présenter à la justice algérienne et qu’ils sont suivis pour des soins psychologiques; rapporte la même source.

Les deux ex-ministres cités dans des dossiers lourds

Abdeslam Bouchouareb ex-ministre de l’industrie, en fuite en France depuis le mois de février 2019 est poursuivi pour « octroi d’avantages lors de passation de marchés, abus de fonction, corruption lors de passation de marchés publics, dissipation de deniers publics et blanchiment d’argent ». Il est par ailleurs cité dans les affaires du groupe ETRHB d’Ali Haddad et du groupe KouGC des frères Kouninef.

Chakib Khelil, quant à lui; est réclamé par la justice algérienne dans le cadre de la réouverture de l’enquête sur le scandale Sonatrach. L’ex-ministre de l’énergie et des mines entre 1999 et 2010; a fui vers les Etats-Unis, alors qu’il est cité dans deux enquêtes judiciaires sur « une infraction à la réglementation des changes et des transferts de capitaux vers et depuis l’étranger », et la « signature par Sonatrach de deux contrats en infraction de la loi avec des partenaires étrangers ».

Pour rappel, l’actuel ministre de la justice Belkacem Zeghmati avait lancé un mandat d’arrêt international à l’encontre de Chakib Khelil en 2013, suite à l’enquête liée au scandale Sonatrach.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes