7.9 C
Alger
7.9 C
Alger
samedi, 2 mars 2024
- Publicité -
AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantMaintien de l’examen 5ème AP en Algérie : Les experts divergent

Maintien de l’examen 5ème AP en Algérie : Les experts divergent

Publié le

- Publicité -

Algérie – Suite à l’annonce du maintien de l’examen de 5ème AP, les syndicats se manifestent et leur avis divergent. Le SNAPEST et le SATEF se sont exprimés et ont étalé leurs argumentaires.

En effet, le ministre de l’Éducation nationale, Mohamed Ouadjaout en l’occurrence, a finalement tranché. Contrairement à l’année précédente, l’examen de 5ème année primaire en Algérie pour cette année 2020-2021 a été maintenu au bout du compte. Une annonce qui a créé une certaine divergence parmi les formations syndicales, rapporte le quotidien Le Soir d’Algérie, ce mercredi 24 mars 2021.

Dans le détail, en raison de la crise sanitaire provoquée par la Covid-19, l’ultime épreuve de la fin du cycle primaire a été supprimée pour l’année scolaire 2019-2020. Seulement pour cette année, et à la lumière de la nette amélioration de la situation en Algérie, on annonce le maintien de cet examen.

- Publicité -

| Lire aussi : Examens du BAC, BEM et 5ᵉ AP 2021 en Algérie : Les dates sont fixées

Cela dit, le Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (SNAPEST) juge cet examen d’« inutile ». Le coordinateur de l’organisation, Meziane Meriane, estime même qu’« Aujourd’hui, cet examen n’a aucune raison d’être ». Il précise que les élèves en Algérie sont obligés d’aller à l’école jusqu’à l’âge de 16 ans. Pour cette raison, chaque élève doit avoir le droit d’aller au collège.

Toutefois, le même responsable indique qu’il serait préférable que le gouvernement mette en place un système d’évaluation de compétences. Cela, dans le but de connaître les aptitudes de chacun. Mais aussi pointer les faiblesses et essayer de les combler. Tout ça doit survenir au lieu de présenter cet examen de 5ème comme une épreuve redoutable et une sanction pour certains.

| Sujet connexe : Bac, BEM et 5e en Algérie : Les examens après les élections législatives ?

À l’inverse, le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF) est d’un tout autre avis. Les membres saluent le maintien de cette épreuve. Néanmoins, ils estiment qu’il faudrait tout de même apporter des améliorations sur l’ensemble des examens de fin de cycle. Et ce, pour les trois niveaux.

- Publicité -

Le président du SATEF, Boualem Amoura argue en déclarant que « cet examen doit être maintenu parce que l’évaluation des élèves est indispensable». Pour soutenir ses propos, il donne l’exemple des élèves à faibles compétences scolaires. Ceux qui ont directement été admis à la première année moyenne (1e AM) l’année dernière. Il confie que leurs résultats scolaires pour ce premier trimestre ont été catastrophiques.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -