MaghrebSociété

Algérie, Maroc et Tunisie : Un Ramadan 2020 hors du commun

1
Ramadan 2020
S'abonner :

Maghreb – Les maghrébins sont très attachés au mois béni du jeûne musulman, et le passent chaque année dans la proximité et le partage, tentent de se préparer à un Ramadan 2020 appréhendé hors du commun.

Comment peut-on concilier les valeurs, de tisser des liens sociaux forts entre les fidèles et l’esprit du partage dans un climat de rencontre bienveillante et fraternelle; dictées par les enseignements du mois de Ramadan avec les mesures sanitaires drastique de quarantaine et de distanciation sociale; imposées par la lutte contre le nouveau et redoutable Coronavirus, Covid-19 ? Telle est en gros la question que se posent les peuples maghrébins, si l’on se fie aux témoignages recueillis par le média Middle East Eye.

« D’habitude, une semaine avant le Ramadan, nous repeignons les murs des maisons de la Casbah à la chaux et nous nettoyons tous, petits et grands, nos quartiers dans la bonne humeur. Les femmes achètent de la nouvelle vaisselle, les senteurs des encens et des kalbelouz embaument les marchés. Mais regardez, tous les marchés sont fermés, les gens sont confinés chez eux. Quelle tristesse ! »; raconte sous l’émotion, Hamid, un quinquagénaire de la Casbah d’Alger.

D’ailleurs cette année, les cafés maures de celle-ci, qui à chaque Ramadan bandaient de mélomanes amoureux de la musique chaâbi; « maintiendront leurs rideaux baissés et les hammams ne seront reconnaissables qu’à leurs enseignes ». À ce propos se prononce Ourdia, une octogénaire du quartier historique.  « Comment allons-nous passer le Ramadan, synonyme de partage, séparés de nos voisins et de nos proches ? »; se demande-t-elle avec un grain de tristesse.

Monia, une trentaine de Tunis, apprendre le chamboulement du quotidien ramadanesque auquel sont accoutumés elle et son mari. « Pendant le Ramadan, on a une vie dynamique pour passer le temps et pour que le jeûne ne nous pèse pas »; confie-t-elle.

« Entre la plage de la Marsa et celle de Kantaoui, on partage un moment de détente avec nos amis; puis on se réunit avec la famille pour l’iftar. Cette année, on va se contenter de faire du sport en ligne; comme depuis le début du confinement, et de dîner seuls. »; regrette Monia.

Ramadan 2020 sous le confinement, la partie lumineuse du décor

Par contre, Djamila, enseignante et mère de famille algéroise, tente de relativiser l’ampleur de la quarantaine sur le Ramadan 2020; et de dédramatiser la situation en incitant à regarder vers la moitié pleine du verre (le côté positif de la chose). « Pour moi, le confinement ne changera pas grand-chose à mes habitudes ramadanesques »; explique-t-elle.

« J’ai fait le grand nettoyage pour accueillir le mois sacré. Je me suis approvisionnée du nécessaire et j’essaie de profiter de ma présence à plein temps avec ma petite famille; ce qui n’est pas le cas durant les journées de travail »; et d’ajouter que le fait de rester chez soi durant le mois béni représente « un climat propice à la purification de l’âme et de l’esprit; à la méditation, à l’adoration et la prière de Dieu ».

Prier chez soi, le prophète lui-même l’avait ordonné

Quant à la fermeture des mosquées, empêchant les tarawih sous leur forme habituelle; et touchant le Maroc où le ministère des Affaires islamiques a annoncé que « comme la situation ne change pas; la fermeture des mosquées restera en vigueur »; à l’instar de la Tunisie et de l’Algérie, le cheikh Mohamed, 60 ans, imam dans la wilaya de Djelfa est très affectée de ne pas pouvoir les conduire dans la mosquée où il exerce en compagnie du peuple des prieurs.

Néanmoins, il se donne du courage en affirmant que « le prophète de l’islam avait ordonné aux fidèles de prier dans leurs maisons lorsque le déluge s’est abattu sur Médine en 623. Il prononça alors la phrase : ‘’Priez dans vos maisons !’’ que nous entendons maintenant après chaque appel à la prière. » 

Prier chez soi en ces conditions exceptionnelles ne doit pas poser problème selon Sami, un habitant d’un village côtier de Monastir, en Tunisie, racontant que « le prophète Mohamed, à son époque et pendant l’épidémie de la peste; avait recommandé aux gens de rester chez eux. Il faut appliquer cela aujourd’hui.

Les experts disent que nous ne reviendrons pas à la normale avant le mois de septembre, ce n’est pas moi qui vais les contredire. ». En outre, « une famille de plus de deux personnes; précise le villageois et père de trois enfants, peut faire la prière à la maison. On va devoir s’adapter. Le confinement ne doit pas nous faire délaisser notre devoir religieux »; souligne le père de trois enfants.

Le divertissement à l’arrêt

Concernant les productions audio-visuelles florissantes à chaque mois sacré; et constituant une occasion aux artistes d’exercer leur art et aux spectateurs de découvrir et de redécouvrir les talents locaux dans le domaine du divertissement télévisuel; là-dessus aussi y aura un trait à mettre cette en ce 2020.

« Les producteurs sont tombés dans leur propre piège : ceux qui n’ont rien tourné avant n’ont pas de programme à proposer et ceux qui avaient commencé ont été contraints de suspendre leur tournage. »; signale le journaliste algérien Younes Sabeur Chérif; selon qui une seule une production a été finalisée.

En Tunisie, le ministère de la Culture a suscité une large polémique dans le pays; en déclarant la semaine passée la probabilité « de la reprise des tournages des séries ramadanesques suspendus »; mais « en respectant les consignes sanitaires en vigueur ».

Au Maroc, c’est pareil. « Tout est à l’arrêt, tout le monde n’a pas livré ses productions »; indique Sarim Fassi-Fihri; directeur du Centre cinématographique du Royaume en précisant qu’habituellement « les derniers épisodes de certaines séries sont parfois livrés au cours du Ramadan. »

Il convient de rappeler que le confinement sanitaire a été prolongé au Maghreb pour des dates différentes. En Algérie, les autorités sanitaires ont annoncé le prolongement du confinement jusqu’au 29 avril; tandis qu’au Maroc, l’Etat d’urgence sanitaire a été prolongé jusqu’au 20 mai. En Tunisie, le confinement est maintenu pour sa part, jusqu’au 3 mai; avant d’être progressivement allégé.

Article recommandé :  Dé-confinement et Ramadan en Algérie : Le point sur la situation

Algérie : Voici pourquoi le marché noir de la devise résiste au Coronavirus

Article précédent

Dé-confinement et Ramadan en Algérie : Le point sur la situation

Article suivant

Lire aussi

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Anciens
Récents Les + votés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mellah hocine

Puisque le thème s’y prête , on peut dire sans hésiter que cette pandémie du coronavirus est tombée à pic pour remettre les choses en place. Car les fondamentaux d’une vie saine ont été perdus, l’être humain ne cesse d’agresser cette nature qui lui donne tout. Qu’on soit en Europe , en Amérique , en Ase ou en Afrique , la nature ne cesse de subir toutes ces agressions qu’elle ne supporte plus. L’être humain est devenu dévoreur de son propre environnement et devenu l’ennemi de son proche. Cette pandémie nous a forcé à rentrer à la maison , lieu… Lire la suite »