Maghreb : L’Algérie réagit à l’opération militaire du Maroc à El Guerguerat

Maghreb – Les forces armées marocaines ont lancé, vendredi matin, une opération militaire à l’encontre de manifestants sahraouis dans la zone d’El Guerguerat dans les territoires occupés du Sahara occidental et l’Algérie appelle, les deux côtés, Maroc et Polisario, via son ministère des Affaires étrangères, à garder le sang froid. Cela en expliquant qu’il en va de la stabilité de toute la région.  

Le ministère des Affaires étrangères exprime le point de vue de notre pays là-dessus. La position de l’Algérie sur l’intervention du Maroc à El Guerguerat parait dans un communiqué. Celui-ci est rendu public hier 13 novembre. Selon ce que rapporte l’APS. L’Algérie opte donc, selon le document cité par l’agence de presse, pour la voie de la raison. Elle invite alors les deux parties, à savoir le Maroc et le Polisario, à éviter la poursuite des affrontements armés. Événements qui se sont déclenchés avec l’intervention des forces royales marocaines d’ordre militaire. Ça s’est produit, vendredi, dans la zone d’El Guerguerat au Sahara occidental.

C’est une zone près de la frontière mauritanienne. Depuis le 21 octobre dernier, des manifestants pacifiques sahraouis y organisaient des sit-in. Il s’agissait d’actions de protestation contre l’occupant. Ils réclamaient de fermer la brèche créée dans le mur de sable érigé par le Royaume de Mohamed VI. « L’Algérie déplore vivement les graves violations du cessez-le-feu », lit-on dans le communiqué du MAE. Ces dernières ont été « enregistrées ce matin ». Le théâtre de ces dépassements « était la zone d’El Guerguerat au Sahara occidental ».

Le département ministériel indique, en outre, que l’Algérie « appelle à la cessation immédiate de ces opérations militaires ». La même source signale que « les conséquences sont de nature à affecter la stabilité de toute la région ». C’est dans le même sillage, qui privilégie l’apaisement, que le document souligne la nécessité absolue du respect plein et entier de « l’Accord militaire n ° 1 signé entre elles [les deux parties, ndlr] et les Nations Unies ». Il a été conclu en 1991. Le Polisario, pour sa part, prend cette violation pour une sorte de déclaration de guerre.

Opération militaire à El Guerguerat : Ce que préconise l’Algérie

Les conséquences néfastes d’une nouvelle militarisation du conflit entre le royaume chérifien et le Polisario, qui œuvre pour l’indépendance du Sahara occidental, risquent d’aller au-delà de leur cadre initial. Les forces royales marocaines et le Front Polisario n’ont, ni l’un ni l’autre, aucun intérêt à la déstabilisation régionale. Mettre en péril les vies des civils du peuple sahraoui ne réglerai rien au différend.

Puis menacer tout l’entourage régional n’apportera nulle solution au problème. C’est ce que laisse comprendre le ministère algérien des Affaires étrangères. Il est à noter que la zone d’El Guerguerat est sous contrôle de la Minurso. C’est-à-dire l’opération de maintien de la paix de l’ONU. Ainsi, l’Algérie espère de la part « du secrétaire général de l’ONU et de la Minurso, l’accomplissement scrupuleux de leurs missions ». Cela, « sans restrictions ni entraves ». 

Mais aussi « dans l’impartialité qu’exigent les développements actuels ». Notre pays souhaite la désignation d’un envoyé personnel du SG de l’ONU le plutôt possible. La reprise du dialogue est également une des recommandations de l’Algérie. Ce sont toutes des mesures à prendre afin de répondre à cette situation d’urgence. Finalement, le département de Sabri Boukadoum appelle à calmer le jeu. Et à ne pas céder à l’escalade.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes