AccueilÉconomieDigitalLutte contre la corruption en Algérie : une plateforme pour signaler les...

Lutte contre la corruption en Algérie : une plateforme pour signaler les pratiques suspectes

Digital – Dans le cadre de lutte contre la corruption en Algérie, les autorités concernées ont mis en place une plateforme spéciale pour signaler toute pratique suspecte. Vous êtes curieux d’en savoir davantage ? Restez branchés alors ! On vous dit tout, ce mercredi 26 octobre 2022. 

Suite à plusieurs actes de corruption en Algérie, les autorités concernées ont mis en place une plateforme pour signaler toute tentative ou pratique suspecte. Il s’agit en tout cas de ce que rapporte El Bilad dans son nouveau numéro. Si vous êtes intéressés de connaître plus de détails, nous vous invitons à lire l’intégralité de cet article. 

Dans le détail, le représentant de la Haute autorité de transparence, de prévention et de lutte contre la corruption, Hadj Ali Mohamed, s’est prononcé à ce sujet. Il déclare que cet organisme met en place de nouvelles mesures pour lutter contre les crimes liés aux nouvelles technologies. À savoir, les crypto-monnaies et les actifs virtuels.

Cela intervient dans le cadre du projet modifiant et complétant la loi n°05-01 du 6 février 2005 relative à la prévention et la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Ledit responsable a par ailleurs souligné que cette démarche vise à améliorer la situation économique et financière du pays en vue d’éviter de nombreux déséquilibres. 

Lutte contre la corruption : voici plus de détails

Comme nous l’avons cité plus haut, les autorités comptent installer de nouvelles mesures pour lutter contre la corruption. Selon le même représentant, les principales ressources illégales proviennent des transactions immobilières illégales ou du trafic de drogue. Sachant que le but principal de ces opérations vise souvent à financer le terrorisme.

Les autorités, ajoute-t-il, prévoient désormais de s’adapter et de faire face à toute forme de criminalité. Soit, la mise en place d’une plateforme numérique pour signaler les différents actes et pratiques suspectes. Cela, tout en assurant la protection des signaleurs et des lanceurs d’alerte, affirme l’organisme précité.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes