Logement en Algérie : le marché noir progresse dans l’immobilier

Immobilier – Le secteur de l’informel gangrène toutes les activités commerciales en Algérie et l’immobilier n’est pas en reste, il se retrouve particulièrement touché et la plupart des transactions se font via le marché noir. Plus de détails ce lundi 14 mars 2022.  

Le secteur de l’immobilier est très fortement touché par le marché noir en Algérie. Les gains des agences immobilières leur passent entre les doigts à cause de ces nouveaux opérateurs. Ceux qui s’accaparent le marché du logement, sans s’être inquiéter par les autorités compétentes. C’est en tout cas ce que rapporte le quotidien L’Expression.

En effet, le phénomène prend de l’ampleur, et l’appât du gain facile pousse ses acteurs informels à se lancer dans un métier qui n’est pas le leur. Mais aussi, à effectuer des transactions qui ne leur sont pas permises. Ils pratiquent les activités des agences immobilières, qui se retrouvent en concurrence avec des opérateurs qui n’ont aucune responsabilité civile et qui mettent à mal leur profession. 

Les agents immobiliers crient leur ras-le-bol face à cette situation et face à cette concurrence déloyale. Ces nouveaux courtiers n’hésitent pas à faire office d’agents immobiliers. Ainsi, à prendre de grosses parts qui reviennent en fait à ces agences immobilières. 

Les agences immobilières dans la tourmente

Ces bureaux d’affaires ont actuellement la mainmise sur le marché du logement en Algérie. Ils se revendiquent les mêmes droits que les agences immobilières. Ils pratiquent d’ailleurs les mêmes activités, à savoir les opérations de vente et de location. Ce phénomène existe car dans les faits, n’importe quelle personne peut décider d’exercer ce métier sans avoir besoin d’encadrement ou d’agrément.

C’est justement ce qui manque dans le pays, un règlement et des restrictions qui remettraient chaque opérateur à sa place et freineraient l’exercice de ces clandestins. Ceux qui font de l’ombre aux vrais agents immobiliers, qui n’ont ni lois ni autorités pour venir à leur rescousse. Ces pratiques restent pourtant totalement illégales. D’autant plus qu’aucun individu n’a le droit d’exercer sans exister et avoir un agrément. 

Ainsi, les professionnels du secteur se retrouvent démunis face à ce fléau. Ils payent leurs impôts et s’acquittent de leurs charges et dénoncent ces faux prestataires, mais sans résultats, d’après ce qui a été rapporté par ladite source. Il faut dire que les agents immobiliers ne sont pas les seuls dans cette situation. Les agents de voyage et les commerçants aussi sont touchés. Et les clients se retrouvent aussi victimes de ces clandestins.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes