8.9 C
Alger
8.9 C
Alger
mardi, 27 février 2024
- Publicité -
AccueilPolitiqueGéopolitiqueLibye/Turquie : Erdogan promet de « ne pas laisser al-Sarraj isolé »

Libye/Turquie : Erdogan promet de « ne pas laisser al-Sarraj isolé »

Publié le

- Publicité -

Libye – Le président turc Erdogan a promis que la Turquie ne laissera pas Fayez al-Sarraj isolé, tout en réitérant son soutien aux forces du GNA face aux offensives de Haftar.

En marge de la conférence de presse conjointe tenue ce 24 janvier avec la Chancelière allemande, Angela Merkel à Istanbul, le président turc, Recep Tayyip Erdogan; a réaffirmé son soutien envers le gouvernement d’entente nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, rapporte l’agence de presse turque Anadolu.

« Nous sommes déterminés à ne pas laisser nos frères libyens seuls en ces jours difficiles », a affirmé Erdogan qui pour rappel, sera en visite à Alger le 26 et 27 janvier prochain. Le président turc poursuit en indiquant que « les soldats turcs sont prêts à fournir un soutien à la partie libyenne; notamment dans les activités de formation suite à l’invitation [qui leur a été adressée par le GNA] ».

- Publicité -

La Libye, une poudrière aux portes de l’Algérie

Le président turc a estimé dans ce sens, que des puissances étrangères soutiennent de leur côté les milices du maréchal Khalifa Haftar; commandant en chef de l’autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL). « Abu Dhabi et l’Égypte soutiennent Haftar avec des armes outre le soutien des forces de Wagner [Russie] »; a affirmé Erdogan cité par l’agence Anadolu.

Il est utile de souligner que l’Algérie a exprimé, à plusieurs reprises; son hostilité face aux ingérences étrangères en Libye. Le chef de la diplomatie algérienne a expliqué à cet égard, le rôle néfaste joué par les ingérences dans les affaires internes libyennes; contribuant à l’escalade militaire inquiétante marquant le pays qui partage une frontière de près de 1.000 km avec l’Algérie.

De son côté, le président Abdelamdjid Tebboune, qui était présent à la conférence internationale de Berlin le 19 janvier dernier, avait réitéré son appel au calme en Libye; loin des « règlements de comptes » qui mettent en danger la stabilité du pays et de la région. « L’Algérie est prête à abriter le dialogue escompté entre les frères libyens »; avait proposé Tebboune cité par l’agence de presse officielle APS.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -