Algérie : Le vaccin de Pfizer anti-Covid-19 ne sera pas disponible avant cette date

Algérie – Le vaccin du laboratoire Pfizer contre la Covid-19 ne sera pas disponible avant quelques mois selon le professeur Mohamed Belhocine.

Alors que Pfizer le laboratoire pharmaceutique américain a annoncé le lundi 9 novembre dernier avoir trouvé en collaboration avec la société de biotechnologie allemande BioNTech un vaccin contre le Coronavirus. L’antidote serait selon les premiers tests cliniques efficace à 90 %. 

Une annonce que l’OMS ( Organisation Mondiale de Santé ) a qualifié d’encourageante. Alors que les États-unis d’Amérique ont déjà commandé 100 millions de vaccins à société pharmaceutique; tandis que l’union européenne en a précommandé plus de 200 millions et serait en négociations pour 100 millions d’autres vaccins. 

Cependant la production du médicament n’est pas aussi rapide que ses précommandes. Alors que bons nombre de pays passe commande chez la société pharmaceutique américaine. Cette dernière a annoncé pouvoir produire environ 50 millions de doses d’ici la fin d’année 2020 et 1.3 milliards de doses en 2021. 

Le vaccin contre le Coronavirus ne sera disponible en Algérie pas avant quelques mois

Selon le professeur Mohamed Belhocine, présent sur le plateau d’Ennahar TV mardi 10 novembre dernier; le vaccin de Pfizer contre la Covid-19 ne sera disponible en Algérie qu’après plusieurs mois. 

« Nous espérons que le vaccin sera prêt le plus tôt possible; mais même si ce vaccin est disponible et approuvé par les organisations mondiales de santé; il doit être produit par milliards pour être présent dans tout le pays et tout cela nécessite plusieurs mois » a déclaré le professeur sur la chaîne d’information Ennahar TV.

Le professeur insiste sur le fait que les Algériens doivent respecter au maximum les gestes barrières; en attendant un éventuel remède au Coronavirus. 

Les chiffres d’infection publiés par le ministère de la Santé seraient erronés ? 

Présent mardi dernier sur le plateau d’Ennahar TV pour livrer son analyse de l’évolution de la pandémie en Algérie; le professeur Mohamed Belhocine a affirmé que « les chiffres du ministère de la Santé sont basés uniquement sur le nombre d’analyses ( PCR positives) ».

Le professeur a poursuivi ses dires en affirmant que « Si nous parlons des citoyens qui ont subi des scanners; ainsi que de ceux qui ont acheté des médicaments directement dans les pharmacies sans subir de tests; le nombre de contaminations sera nettement plus élevé ».

Pour rappel, après la soudaine remontée du nombre quotidien de contamination en Algérie; les autorités ont dû revoir les horaires du couvre-feu qui sont passés de 20 heures à 5 heures du matin depuis le mardi 10 novembre dernier. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes