23.9 C
Alger
23.9 C
Alger
mercredi, 19 juin 2024
- Publicité -
AccueilActualitéAlgérieL’Algérie et la France ont choisi les experts en charge du travail...

L’Algérie et la France ont choisi les experts en charge du travail mémoriel

Publié le

- Publicité -

Algérie – Deux experts, l’un désigné par la France et l’autre par l’Algérie, et le nom de ce dernier a été divulgué hier soir par le président Tebboune, réaliseront un travail mémoriel. L’objectif annoncé de cette expertise historique est la quête de vérité.

Aux côtés de Benjamin Stora, partie française, travaillera donc, pour la partie algérienne, Abdelmadjid Chikhi. C’est ce qu’a dévoilé en effet, dimanche, le président de la République. Abdelmadjid Tebboune, s’entretenant avec des responsables de certains médias nationaux, a souligné que l’Algérie a fourni à la France l’identité de l’historien algérien qui accomplira le travail mémoriel avec son homologue français.   

Il s’agit donc du docteur Abdelmadjid Chikhi. Celui-ci est directeur général du Centre national des archives algériennes. Moudjahid aux rangs de l’ALN pendant la guerre de libération. Tebboune avait fait de lui, fin avril dernier, son conseiller. Il est chargé, dans le cadre de ce poste, des archives nationales et de la mémoire nationale.

- Publicité -

« On s’est entendu avec le président français Emmanuel Macron en matière mémorielle pour travailler normalement » ; a indiqué le chef de l’État. Les Français « ont nommé un historien connu et son vis-à-vis est le Dr Abdelmadjid Chikhi » ; a-t-il ajouté. Dr Chikhi « est connu et est responsable des archives nationales et un spécialiste. Nous leur avons communiqué son nom », a stipulé Tebboune.

« Nous souhaitons qu’ils accomplissent leur travail dans la vérité ; la sérénité et l’apaisement », a précisé le président. Cela « pour régler ces problèmes qui enveniment nos relations politiques ; le climat des affaires et la bonne entente », a-t-il soutenu. « Il faut affronter ces évènements douloureux ». Telle attitude nous permettra de « repartir sur des relations profitables aux deux pays ; notamment au niveau économique », a explicité l’orateur.

Rapports de l’Algérie avec la France : La question de la mémoire « irrite »

Pour rappel, Abdelmadjid Tebboune a fait part, au commencement du mois en cours, à France 24, de son attente des excuses de la France. Une demande de pardon pour la colonisation de l’Algérie. Le but, selon le président de la République, consiste à « apaiser le climat et le rendre plus serein ».

- Publicité -

La déclaration faite à la chaîne de télévision a fait du bruit en France. Au camp de l’extrême-droite plus particulièrement. Le Rassemblement National (RN) n’a pas tardé à réagir. Ceci par la voix de sa dirigeante, Marine Le Pen en l’occurrence. La femme politique a donc accusé le gouvernement algérien de vouloir camoufler le présent par le passé.

Le camouflage consiste, d’après Le Pen, à mettre en avant le passé colonial de la France en Algérie. Pareille démarche intervient, toujours selon les mêmes propos, pour mettre au second plan l’échec des politiques algériennes successives. Un historien algérien, Mohamed El Amine Belghit, a riposté à ses dires.

Rappelons par ailleurs les affirmations de la journaliste française Véronique Jacquier. Si l’on croit celle-ci, la France n’avait mis les pieds en Algérie que pour abolir l’esclavage. Force est de constater que des propos pareils ne font qu’attiser la tension. Même si sur le plan officiel, le récent rapatriement des crânes de nos martyrs, a trouvé grâce aux yeux du gouvernement algérien.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -