AccueilSociété et CultureSociétéLait en sachet en Algérie : l’équation se renverse

Lait en sachet en Algérie : l’équation se renverse

Algérie – Le phénomène et l’équation du sachet de lait en Algérie se renverse et passe d’une pénurie à un surplus. Pour plus de détails, restez branchés ! Dzair Daily vous en dit davantage dans cette nouvelle édition du lundi 21 novembre 2022. 

Le phénomène du sachet de lait en Algérie revient de nouveau sous une nouvelle version. En effet, il passe, cette fois-ci, d’une crise de pénurie à un surplus et une source de perte pour les commerçants. Il s’agit en tout cas de ce que rapporte El Khabar dans son numéro. Pour plus de détails, nous vous invitons à lire l’intégralité de cet article. 

Après les dernières lois strictes des autorités concernant le lait subventionné, ce dernier est disponible en grande masse dans les magasins. D’ailleurs, le citoyen ne rencontre plus de difficulté pour s’en procurer. Au contraire, les commerçants se plaignent aujourd’hui du surplus de ce produit et des grandes pertes qu’ils subissent quotidiennement.

Pour cela, ces derniers appellent les autorités concernées à trouver une solution à cette situation qui peut revenir cher au commerçant et au consommateur. Selon l’intervention d’un vendeur, il s’est retrouvé une fois devant un surplus de 12 caisses. Contenant au moins 10 sachets chacune. Celui-ci a déclaré que les usines de production sont censées récupérer les quantités excédentaires.

Ces dernières, précise-t-il, disposent des capacités de transformation de ce produit. Un autre intervenant a par ailleurs ajouté que les autorités doivent trouver des solutions rapides à cette situation. Surtout que les bénéfices des commerçants en échange de la vente du sachet de lait sont très faibles.

Surplus des quantités du sachet de lait : voici ce qu’ont déclaré les responsables

Effectivement, le président de l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA), Hadj Tahar Boulenouar, a affirmé que le bénéfice de la vente de lait est très faible pour les commerçants. Selon les précisions de la même source médiatique, cela signifie que ce dernier peut l’abandonner à tout moment s’il devient source de pertes. 

Pour cela, ce responsable a souligné la nécessité de concerter des efforts entre les commerçants et les autorités concernées. Et ce, afin d’élaborer une carte qui tient compte des besoins de la population et de l’ajuster progressivement. 

Dans le même sillage, le président de APOCE, Mustapha Zebdi, a exigé de revoir la carte de distribution en raison de la présence d’un défaut manifeste dans celle-ci. Selon lui, à l’heure où il y a des zones qui enregistrent un excédent, il y en a d’autres qui n’enregistrent pas la même situation.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes