AccueilActualitéAlgérieJustice en Algérie : Ferhat Mehenni, le chef du MAK, condamné à...

Justice en Algérie : Ferhat Mehenni, le chef du MAK, condamné à perpétuité

Justice – Accusé d’être impliqué dans la provocation des gigantesques feux de forêt qui avaient ravagé, l’été 2021, la ville de Tizi Ouzou, dans la partie nord de l’Algérie, et considéré comme l’un des principaux suspects de l’assassinat de Djamel Bensmaïl, le leader du MAK, Ferhat Mehenni, écope de la perpétuité. 

Après une semaine de procès, le Tribunal criminel de Dar El Beïda, Cour d’Alger, a livré son verdict dans l’affaire du lynchage à mort du jeune artiste de Miliana. Un épisode qui avait ébranlé l’ensemble de la population algérienne, l’an dernier. Le juge, en Algérie, a à cet effet prononcé une peine de réclusion à perpétuité à l’encontre de Ferhat Mehenni, premier responsable du MAK. 

Il s’agit là d’une information que rapporte le média généraliste arabophone El Bilad. Nous la reprenons pour vous, jusque dans les moindres détails, dans la suite de cette édition du vendredi 25 novembre 2022. Sans trop tergiverser, mettons-nous-y tout de suite ! 

Hier, la justice a en effet condamné le chef du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) par contumace à perpétuité pour des chefs d’accusation liés au meurtre de Djamel à Larbaâ Nath Irathen, dans la wilaya de Tizi Ouzou. Vivant en France depuis 2009 en tant que « réfugié politique », Ferhat Mehenni a comparu libre. 

Procès du meurtre de Djamel Bensmaïl : un mandat d’arrêt international contre Mehenni 

La justice algérienne a donc bel et bien reconnu le responsable du MAK, que les autorités avait classé, il y a un an, comme « organisation terroriste », coupable des chefs d’accusation qu’elle retenait contre lui. Ceux relatifs à l’affaire de l’assassinat de Djamel Bensmaïl. Ferhat Mehenni fait désormais l’objet d’un mandat d’arrêt.

C’est ce que mentionne en outre la même source médiatique. Il est à noter que la même instance judiciaire a prononcé, ce jeudi, la peine capitale contre 49 personnes. Celles qu’elle poursuivait dans cette même affaire.

28 autres accusés ont ainsi été condamnés à des peines allant de 2 à 10 ans de prison ferme. Ces dernières sont assorties d’amendes. Elles oscillent alors entre 100.000 et 200.000 DA. Le Tribunal criminel de Dar El Beïda d’Alger a, en revanche, prononcé l’acquittement de 17 personnes.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes