AccueilSociété et Culture« Le journal Liberté ne doit pas disparaître ! » : l'élite...

« Le journal Liberté ne doit pas disparaître ! » : l’élite intellectuelle en Algérie mobilisée

Algérie – La disparition du journal Liberté est imminente, c’est pourquoi l’élite intellectuelle s’est mobilisée en Algérie. Dzair Daily vous donne tous les détails de cet appel lancé pour la survie du quotidien dans la suite de cet article du 12 avril 2022.

Le compte à rebours est lancé pour le quotidien d’expression française. Fondé en 1992, Liberté n’a plus que quelques jours devant lui, mais c’est sans compter sur l’élite intellectuelle en Algérie, qui s’est levée pour tenter de donner un second souffle au journal. Et ce, au travers d’une pétition signée par plus de 120 érudits algériens.

En effet, cet appel a été signé par nombre de chercheurs, journalistes, écrivains, médecins, politologues, économistes, sociologues et bien d’autres. Désireux de pouvoir sauver ce qui représente pour eux la voix plurielle de l’Algérie et le témoin de l’histoire de l’Algérie contemporaine. C’est à travers un texte émouvant que les signataires se sont exprimés.

Pour rappel, le propriétaire du journal Liberté, l’homme d’affaires Issad Rebrab, a décidé de la dissolution de son entreprise éditrice. Les problèmes financiers auxquels serait confronté le journal seraient à l’origine de cette décision. En tout cas, on interprète l’arrêt du quotdien national comme une grosse perte du paysage médiatique algérien.

Appel à la préservation du journal Liberté

Il faut dire que Liberté est un des piliers de la presse algérienne. Il traite depuis 30 ans de l’actualité nationale et internationale. Raison pour laquelle les intellectuels algériens, parmi eux la moudjahida Zohra Drif-Bitat, les écrivains Kamel Daoud et Yasmina Khadra. Mais aussi le chanteur Ali Amrane, le journaliste Nordine Azzouz et bien d’autre ont signé cet appel dans les colonnes mème du journal Liberté. Afin d’essayer de sauver le quotidien.

Dans cet appel lancé pour la sauvegarde du journal, il est souligné que Liberté n’appartient pas seulement à son propriétaire. Mais c’est la propriété intellectuelle de toute une nation. Et ça serait une grande perte pour le pluralisme médiatique algérien. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes