AccueilÉconomieIndustrie : l’Algérie et la Russie passent à la vitesse supérieure

Industrie : l’Algérie et la Russie passent à la vitesse supérieure

Actualité – L’Algérie et la Russie envisagent de consolider et de fortifier leur coopération dans le domaine de l’industrie. Les deux parties passent ainsi à une vitesse grand V. Dzair Daily vous livre davantage de détails à ce sujet. Retrouvez tout dans cette édition du 25 septembre 2022.

L’Algérie et la Russie ont évoqué les relations économiques relatives à l’industrie, tout en abordant les moyens de les améliorer. En effet, le ministre Ahmed Zeghdar a affirmé que les deux parties ambitionnent de traiter les dossiers relatifs à l’investissement dans les plus brefs délais. C’est le quotidien généraliste francophone, L’Expression, qui ra rapporté l’information en question. 

Effectivement, l’État algérien priorise le développement économique du pays. Et cela, depuis le début de l’année en cours. Dans le but de concrétiser cet objectif, l’Algérie mise toutes ses cartes sur le secteur énergétique. Un domaine qu’elle considère notamment comme une véritable clé de voûte d’un développement durable.

Ce chemin qu’a emprunté l’Algérie semble l’aider à prédominer les grands secteurs économiques. On note également que la nouvelle loi sur l’investissement place, au premier rang, les investissements étrangers. C’est à cet effet que le gouvernement algérien enchaîne actuellement les échanges avec des investisseurs internationaux. 

L’Algérie et la Russie renforcent la coopération industrielle bilatérale

Par ailleurs, les investissements directs étrangers (IDE), rappelons-le, sont à même de permettre la création de postes d’emploi. Ils offrent notamment le transfert des technologies et des expertises. C’est d’ailleurs ce qu’a affirmé le ministre de l’Industrie le 24 mai dernier. Il a souligné, dans le même sillage, que plusieurs investisseurs avaient manifesté leur intérêt aux autorités algériennes. 

Il est utile de rappeler que les relations russo-algériennes sont nées au cours de la guerre de Libération nationale. Elles remontent donc à l’époque de l’Union soviétique qui avait en fait soutenu l’Algérie. Cela le 26 juin 1956 en soutien, alors, à l’inscription de la question algérienne au Conseil de sécurité des Nations unies (ONU).

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes