Indépendance Algérie : Macron promet d’aller plus loin sur la reconnaissance des crimes coloniaux

Politique – Le président français, Emmanuel Macron, déclare qu’il continuera sur le chemin de la reconnaissance de la réalité qu’a endurée l’Algérie face aux crimes coloniaux. Dzair Daily vous en dit plus dans cette édition du 5 juillet 2022. 

Les propos tenus par Emmanuel Macron, président de la République française, hier soir, révèlent qu’il est déterminé à poursuivre le processus de reconnaissance des crimes coloniaux qu’a vécus l’Algérie à l’époque coloniale. Et ce, afin de réconcilier les mémoires des deux peuples, selon ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk. 

En effet, cette déclaration de la présidence française a confirmé que Macron avait adressé ses félicitations au président Tebboune. Le 60e anniversaire de l’indépendance en est une bonne occasion. En l’occurrence il a affirmé sa poursuite du processus de reconnaissance de la vérité. Ainsi que celui de réconciliation pour les mémoires des peuples algérien et français.  

Dans le même sillage, la même source souligne que le soixantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, en ce 5 juillet 2022, représente une occasion pour Macron d’adresser un message à Tebboune. Dans lequel il a exprimé ses vœux pour le peuple algérien. Mais aussi, son espoir de continuer à renforcer les relations déjà fortes entre la France et l’Algérie.

Algérie – France : pour une reconnaissance des crimes coloniaux 

Rappelons par ailleurs, qu’en début de l’année 2021, des députés ont lancé une campagne populaire afin de criminaliser la colonisation française en Algérie. Et ce, sous le concept de « Crime contre l’humanité ». Dont l’obligation de reconnaître les hostilités subies par les peuples jadis colonisés. 

L’objectif de cette campagne est de dénoncer les crimes coloniaux sur le peuple algérien. pendant près d’un siècle et demi. Dans ce cas, l’Algérie a demandé à la France une reconnaissance de ses homicides et autres crimes. Cela, afin de forcer une proclamation d’une loi relative à la criminalisation du colonialisme français, qui a duré de 1830 jusqu’en 1962.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes