Impôts en Algérie : Fiscalité et nouvelles taxes pour les algériens en 2020

Algérie – Le recouvrement fiscal en Algérie, considéré comme l’un des plus grands chantiers qui attendent le nouvel exécutif connaîtra des nouveautés pour l’année 2020.

- Advertisement -

Lors d’une conférence de presse organisée par le quotidien national El Moudjahid le 19 janvier 2020, le directeur général des impôts Kamal Aissani; a dévoilé les nouvelles orientations fiscales pour l’année 2020.

En effet, Le DG des impôts considère que le recouvrement fiscal reste le véritable chantier pour la direction des finances publique Algérienne. Cette dernière n’a couvert uniquement 90 % des objectifs fixés dans le cadre de la loi des finances de 2020; a rapporté le quotidien arabophone El Bilad.

L’une des raisons de ce manque de recouvrement reste les créances fiscales qui représentent pas moins 11.000 milliards de dinars; a estimé le président de l’Association nationale des experts fiscaux El Hachemi Boubekeur Selami; lors de son passage, le 19 janvier sur les ondes de la radio Alger Chaîne 3. La sommes de la fiscalité provenant des recettes ordinaires a atteint 5200 milliards de dinars en 2019; soit 4 % de plus de l’année 2018.

Par ailleurs, la fiscalité pétrolière représente à elle seule, 42 % du total des recettes de l’État. Pour El Hachemi Boubekeur Selami, la part des recettes provenant des hydrocarbures est considérable et prouve la dépendance de l’Algérie aux hydrocarbures. Il fait un parallèle avec les années 70; où la part des recettes des hydrocarbures ne représentaient que 10 % des recettes de l’économie algérienne.

Nouvelles taxes sur le foncier et les véhicules

En effet, les automobilistes algériens devront s’acquitter en 2020 de la nouvelle taxe sur les véhicules d’un montant estimé à 1.500 dinars pour les véhicules touristiques et 3.000 dinars pour les autres véhicules. Cette taxe dite “écologique et anti-pollution” sera payée une fois par an; sur les contrats d’assurances quel que soit le type du contrat.

En outre, l’impôt sur le foncier resurgit en 2020 après son abolition il y a quelques années de cela. Les contribuables algériens devront payer cet impôt sur leurs biens fonciers dépassant 100 millions de DZD. Cette taxe sera payée au taux de 1 pour mille (100.000 DZD pour 100 millions de DZD) à travers une déclaration annuelle.

Encourager les startups et le tourisme

La direction des impôts en collaboration avec le gouvernement souhaite encourager certains secteurs et taxer d’autres. La fiscalité a toujours été un instrument de l’État pour orienter l’économie vers des secteurs porteurs, favoriser le développement entreprises locales et rétablir la justice économique et sociale entre les citoyens.

Il est à rappeler que cette année sera particulière pour les startups car elles seront soumises à un taux de TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) de 9 % seulement au lieu de 19 %. Cette décision permettrait ainsi aux entreprises exerçant dans le numérique d’être plus compétitives par rapport aux entreprises étrangères.

La loi des finances 2020 prévoit également une exonération fiscale au profit des entreprises qui exercent dans le secteur du tourisme jusqu’en 2022. Cette décision rentre dans le cadre du développement du tourisme local en Algérie. Enfin, la loi des finances 2020 prévoit une exonération fiscale et des droits de douane pour l’importation d’équipements destinés aux infrastructures dans les régions du sud du pays.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes