AccueilÉconomieÉnergieImpossible de fixer un seuil maximum au prix du gaz algérien pour...

Impossible de fixer un seuil maximum au prix du gaz algérien pour ces raisons, selon des experts

Énergie – D’après l’avis des experts, il serait impossible d’établir un seuil maximum au prix du gaz algérien. Mais quelles en sont les raisons ? Nous vous invitons à découvrir la réponse dans la suite de notre édition du dimanche 18 septembre 2022. 

En effet, les experts et analystes s’accordent actuellement à dire qu’il n’est pas possible pour le gouvernement algérien de couvrir l’approvisionnement en gaz naturel de l’Europe. La principale cause en est attribuée aux voix européennes qui  réclament un prix maximum du gaz importé, notamment celui algérien. C’est ce que rapporte le quotidien généraliste arabophone Echorouk

Retrouvez dans les lignes qui suivent l’ensemble des informations relatives à ce sujet. Dans le détail, plusieurs spécialistes réclament la mise en œuvre des susdites mesures liées à la source énergétique en question.

Parmi eux, figurent l’ancien PDG de la société italienne des hydrocarbures, Eni, Paolo Scaroni en l’occurrence. En plus du chef de la commission de l’environnement du Parlement européen, Pascal Covin entre autres.

Dans le même contexte, un autre analyste a déclaré que l’Union européenne (UE) est la responsable des perturbations actuelles sur le marché gazier. « C’était en 1995, lorsqu’elle avait décidé de créer un marché libre. Il s’est ajouté au marché des contrats à long terme », a-t-il indiqué. 

Actualités des hydrocarbures : les raisons qui empêchent le plafonnement du prix du gaz algérien 

Par ailleurs, le même analyste a expliqué que le marché des contrats à long terme portait sur des périodes allant jusqu’à 25 ans. En revanche, souligne-t-il, le prix du gaz est lié à ceux du pétrole brut et des quantités contractuelles. « Si le pays importateur décide de ne pas les prendre, il sera tenu de les payer », a-t-il fait savoir. 

D’ailleurs, il sied de rappeler que le marché libre est progressivement devenu celui qui oriente le marché long des contrats gaziers. C’est ce qui a alors mené, selon es observateurs, à la situation actuelle où les prix sont devenus très élevés. L’analyste susmentionné a déclaré à ce propos : « L’Europe est à l’origine de la conjoncture délicate à laquelle elle se heurte actuellement ».

Il a ajouté à cet effet : « Même si les pays européens veulent imposer un plafond sur le prix du gaz, l’Algérie peut réduire les approvisionnements par gazoducs. Chose qui s’est déjà produite avec l’Espagne. Il faut donc s’orienter vers la liquéfaction et la commercialisation dans d’autres pays ». 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes