Importation de voitures neuves en Algérie : Ce qu’il faut retenir

Algérie – Pour tenter de relancer ce marché, le gouvernement algérien a décidé de reprendre l’importation en Algérie de voitures neuves et c’est dans cette optique qu’il a agréé 4 concessionnaires. Le ministre de l’Industrie, Ferhat Ait Ali, vient d’annoncer une avancée majeure dans ce dossier. 

Après avoir promulgué le nouveau cahier des charges qui régit l’importation de voitures neuves en Algérie, en août 2020, Ferhat Ait Ali, le ministre de l’Industrie, vient d’annoncer avoir accordé des agréments temporaires à 04 concessionnaires sur les 09 qui avaient déposé leurs dossiers. 

L’homme politique a également précisé une chose. Il avait donc accordé ces autorisations sur « avis du Comité technique chargé de l’examen et du suivi des dossiers.  s’agit de ceux relatifs à l’exercice de l’activité de concessionnaires de véhicules neufs ».

Il a notamment expliqué que ces dossiers ont été traités dans « les mêmes règles et délais. Cela au fur et à mesure de leur présentation. Il n’était question d’aucune autre restriction que la conformité aux lois et règlements ». Le ministre Ferhat Ait Ali a également annoncé un autre élément.

Il a donc révélé que le Comité technique a « notifié des levées de réserves pour quatre autres concessionnaires. Et un avis défavorable pour deux concessionnaires. Ceux-ci ont la possibilité de présenter un recours. Ils pourront le faire auprès de la Commission de recours dans les délais réglementaires ». 

Le ministre de l’Industrie met en garde un certain nombre de concessionnaires 

Le responsable a expliqué que les « notifications de décisions sont destinées uniquement aux intéressés. Elles ne sont alors pas portées à la connaissance du public ». Puis le ministre a mis en garde certains concessionnaires et fonctionnaires. Selon lui, ils veulent porter atteinte à l’économie nationale. 

« Certaines parties, tant internes qu’externes aux intérêts contraires à ceux de l’économie nationale, et contrariées dans leurs démarches passées et projections futures ont tenté d’alimenter une campagne tendancieuse à travers certains médias dans le but vain d’influer sur la démarche du ministère de l’Industrie ».

Cela donc en matière de gestion du dossier de l’importation de véhicules en Algérie. Leur démarche se révèle « non-conforme à la réglementation édictée par les pouvoirs publics à cet effet ». C’est ce qu’a lancé l’homme politique, le lundi 18 janvier. Le ministre a ensuite prévenu ces parties.

D’après lui, elles n’ont « pas déposé de dossier sur le portail prévu à cet effet. Et elles s’acharnent néanmoins par l’invective et la désinformation à semer le doute sur la démarche des pouvoirs publics et sur les textes régissant cette activité, en vue de les rendre plus conformes à leurs visées ».

Le membre de l’Exécutif a conclu en annonçant que ces parties « doivent savoir, qu’à l’avenir, toute fausse information, distillée sciemment, fera l’objet des procédures prévues par la loi à cet effet ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes