Automobile

Importation de voitures neuves en Algérie : Quel intérêt pour le consommateur ?

2
importation voitures algérie
S'abonner :

Algérie – Les économistes sont unanimes sur l’utilité d’octroyer des licences pour le retour de l’importation de voitures neuves en Algérie; affirmant qu’une décision à ce niveau contribuera à faire bouger le marché automobile en Algérie, débarrassé d’un montage de véhicules n’ayant servi ni l’économie nationale; ni le citoyen algérien.

« La reprise de l’importation des voitures neuves en Algérie contribuera à fournir des véhicules sur le marché algérien après une pénurie qui a duré plusieurs années », au grand dam des consommateurs; a affirmé l’économiste Ali Aya dans un entretien au quotidien algérien Echorouk.

Mais cela, toujours d’après lui, ne réduira pas nécessairement le prix du véhicule; qui sera soumis à la loi de l’offre et de la demande. « Le gouvernement ne sera pas obligé de réduire ou de soutenir le prix, car la voiture n’est pas incluse dans la liste des articles de base tels que le lait, le pain, l’huile et le sucre »; a-t-il clarifié.

Cette « mesure courageuse » pourrait pomper, selon les premières prévisions; un montant de 200 milliards de dinars sous forme de taxes au Trésor public. En outre « nous devons revoir la politique industrielle dans son ensemble en Algérie. Plutôt, aujourd’hui, nous devrions aller vers l’industrie alimentaire; car elle est plus facile et plus proche du potentiel algérien que la fabrication de voitures. »; a-t-il ajouté.

De son côté, Abdelkader Berriche, expert et professeur dans le domaine de la gouvernance économique encourage « la décision d’autoriser à nouveau les concessionnaires à importer des voitures de tourisme neuves pour répondre à la demande en relançant le marché automobile »; et de préciser que cela serait en attente de la préparation d’une stratégie et d’un plan intégrés pour le secteur des industries mécaniques et sa reprise sur une base cette fois-ci solide.

« La décision est très correcte, poursuit-il, et est venue mettre un terme à un foyer de corruption et remettre le secteur de la vente de voitures neuves; et le retour des concessionnaires automobiles en activité et revitaliser le marché automobile; après la récession qu’il a connue pendant 6 ans. »

Vers une voiture neuve à partir de « 100 millions de centimes »

L’ancien président de l’Association des concessionnaires automobiles multimarques (ACAM), Youcef Nebbache; a déclaré au média que la décision de réimporter les véhicules neufs avait reconsidéré les concessionnaires qui faisaient face au chômage et qui avaient été marginalisés sous le règne de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika.

Cette nouvelle donne rétablira, selon le président de l’ACAM; la stabilité du marché algérien de l’automobile, mais le doublement des droits de douane maintiendra à son tour les prix des voitures; quelque peu stables et commencera dans les limites de 100 millions de centimes.

Selon les mêmes propos, la valeur totale des taxes atteindrait 60%, ce qui ferait augmenter le prix de la voiture importée; dont les prix restent aujourd’hui élevés à l’étranger. « Les véhicules seront conformes à la logique du marché, offre et demande; et compte tenu notamment de la valeur du dinar devant la devise étrangère et les taxes (tarifs douaniers…) imposées »; a-t-il explicité.

Article recommandé :  Importation de voitures neuves en Algérie : Tebboune presse Aït Ali

Vols Algérie/Belgique : TUI Fly lance réservations à partir d’Alger et Béjaia

Article précédent

Montage automobile en Algérie : La fin d’une « supercherie » ?

Article suivant

Lire aussi

2 Commentaires

  1. à mon avis les véhicules importés seront inaccessibles de point de prix et la faiblesse du dinars par rapport aux devises étrangères. Nous reviendrons aux anciennes pratiques qui feront flamber les prix des licences d’importation ( tj réservées aux moudjahidines ) et le prix des devises aux marchés parallèles, et le dinars continuera sa chute libre …

  2. Seul le fournisseur en bénéficiera et en devises sonnantes et trébuchantes ! Combien même le trésor public pompera 200 milliards de dinars sous forme de taxes cette décision courageuse saignera l’Algerie en devises fortes au grand dam du citoyen lambda qui est et sera toujours le dindon de la farce ! Certains analystes encouragent ce genre de décisions dans le seul but de plaire sachant pertinemment que ces véhicules seront importés de pays européens et plus particulièrement de France ! Ah amour quand tu nous tiens ! Je tiens à préciser que je n’insinue rien, les faits étant là ! Le pays est dans une situation économique des plus alarmantes, par conséquent il serait sage que les décideurs expliquent avec franchise et sincérité la conjoncture actuelle qui ne permet point d’extravagance, au peuple qui serait bien évidemment à l’écoute donc compréhensif ! Une fois sorti de l’auberge, les réserves renflouées, l’économie relancée et tout ce qui s’ensuit, l’état à ce moment là pourrait se targuer d’importer ces fameux véhicules et même le peuple toutes classes confondues auraient peut-être le droit de l’exiger. L’état est-il au courant que les retraités peinent à encaisser leurs maigres retraites auprès des postes où le Da se fait rare ! Et on pense à importer des véhicules !

Comments are closed.