AccueilÉconomieAutomobileImportation de voitures en Algérie : les professionnels s'impatientent

Importation de voitures en Algérie : les professionnels s’impatientent

Algérie – Le dossier de l’importation de voitures continue d’inquiéter de nombreux citoyens algériens, en particulier, les professionnels de transport en commun qui sont les plus touchés.

En effet, le marché de l’automobile dans le pays observe une stagnation sans précédent durant ces dernières années, notamment, depuis le gel de l’activité d’importation de voitures neuves en Algérie, qui a engendré l’anxiété des citoyens et les professionnels qui disent être fortement impactés. C’est ce qu’a rapporté Ennahar, ce 08 septembre 2021.

Dans le détail, le dossier d’importation de voitures refait à nouveau surface. Cela, à la suite du blocage et du mystère qui règne sur ce secteur. Sachant que les concessionnaires qui désirent entreprendre cette activité ont déjà déposé leurs dossiers pour étude. Toutefois, à ce jour, aucun agrément définitif n’a encore été octroyé.

Dans ce sens, les professionnels du transport appellent les autorités à régler cette affaire dans les meilleurs délais. D’autant plus que de nombreux véhicules doivent être changés au plus vite Principalement, ceux dont la majorité ont largement dépassé le cap des 10 années de circulation. Et ce, afin de garantir la sécurité routière.

Importation de voitures en Algérie : la Fédération nationale des chauffeurs de taxis se manifeste

En outre, le président de la Fédération nationale des chauffeurs de taxis, Mohamed Belkhous, s’est exprimé au micro de la source suscitée. Il a appelé le gouvernement algérien à agir dans l’optique d’ouvrir l’importation de voitures. Il a précisé que cette démarche pourrait même tenir tête à ces commerçants. Ceux qui sont en train de fixer les prix comme bon leur semble.

D’autant plus que ces taxieurs se trouvent dans l’incapacité d’acheter dans de telles conditions. Alors que si l’importation reprenne, il pourra acquérir une nouvelle voiture. C’est du moins ce qu’a souligné le même orateur.

Pour rappel, il s’agit d’une période de pas moins de deux années et demi que cette activité a été totalement bloquée. Ce qui a conduit à la détérioration des véhicules de nombreux citoyens. Par conséquent, l’amplification du nombre d’accidents routiers. En particulier, ceux causés par les véhicules de transport en commun en état dégradé.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes