AccueilÉconomieAutomobileImportation de voitures en Algérie : le nombre de demandes d’agrément en...

Importation de voitures en Algérie : le nombre de demandes d’agrément en hausse

Automobile – L’importation de voitures neuves en Algérie se précise chaque jour un peu plus, trente-neuf (39) demandes d’agrément ont déjà été déposées, à ce jour, auprès du ministère de l’Industrie et des Mines. Nous vous rapportons plus d’informations, ce 12 juillet 2021, sur cette opération. 

La Commission interministérielle chargée de la gestion des demandes d’agrément pour l’importation de voitures neuves semble bien partie pour raviver le secteur automobile, en Algérie. À l’heure d’une économie industrielle en récession et dégradée par une crise sanitaire intense, l’instance technique s’affaire à activer tous les leviers dont elle dispose. Un seul objectif en tête : redresser les activités économiques et industrielles du pays. 

Et elle aura assurément du pain sur la planche ! Quelques semaines après le coup d’envoi du dépôt des dossiers, les demandes d’agrément pour l’exercice de l’activité de concessionnaires de véhicules pleuvent de toutes parts. Ils sont en effet plusieurs opérateurs économiques à espérer une autorisation. Une approbation de la part du ministère de l’Industrie et des Mines qui puisse leur permettre de reprendre leur activité. 

Le Comité chargé du traitement des demandes pour l’obtention d’agréments examine à l’ordre du jour trente-neuf (39) dossiers. Seize (16) d’entre eux concernent des voitures particulières et utilitaires. Soit des camions, des tracteurs routiers, des autocars ou encore des camionnettes. Tandis que douze (12) requêtes relèvent des domaines des engins roulants.

Examen et suivi des dossiers des concessionnaires : où en est-on ?

Selon plusieurs sources médiatiques, les onze dossiers restants sont relatifs aux motocycles. Conformément à l’arrêté ministériel du 30 mai 2021 régissant l’activité du Comité technique, plusieurs réunions se tiennent au siège du ministère de l’Industrie et des Mines. Elles ont pour but d’accélérer le processus de l’importation de véhicules neufs

Elles semblent faire leur effet. Cela puisque quatre (4) demandes ont déjà été entièrement étudiées, en l’espace de deux (02) semaines. La Commission technique interministérielle, en charge d’autoriser aux concessionnaires l’importation des voitures neuves, poursuit, depuis hier dimanche, sa mission. Elle entend analyser le reste des trente-neuf demandes reçues dans les meilleurs délais. 

Il sied de rappeler par ailleurs que plusieurs demandes ont fait l’objet de réserves. Elles s’avèrent moins conformes à l’arrêté exécutif n° 21-175 modifiant et complétant les mesures du décret n° 20-277. Celui qui fixe les conditions et les modalités d’exercice de l’activité de concessionnaire d’engins neufs. Les dossiers sont, de ce fait, ajournés jusqu’à satisfaction, par les demandeurs, des compléments d’informations requis. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes