Importation de voitures en Algérie avec les licences Moudjahidine : ce qui pourrait changer

Automobile – La rareté continue des véhicules neufs a donné naissance à un nouveau phénomène. Il s’agit de l’importation des voitures via les licences Moudjahidine en Algérie. On vous dévoile toute l’information dans ce numéro du jeudi 20 janvier 2022.

En effet, la crise enregistrée auprès du marché automobile algérien est toujours d’actualité. De ce fait, ce phénomène que connaît ce secteur, depuis quelque temps maintenant, laisse place à une solution alternative. Au fait, le gel des activités d’importation mais aussi de fabrication dans le domaine a créé un moyen encore plus facile de faire. Il s’agit d’utiliser les licences Moudjahidine pour l’importation de voitures en Algérie.

Effectivement, la carte des Moudjahidine offre la possibilité d’importer des voitures. De plus, celles-ci seraient exonérées de taxes et de droits de douane. À présent, un nombre considérable de personnes ont fait recours à cette procédure. Il est question d’un nouveau marché parallèle qui serait en train de se créer sur les trottoirs et dans les rues du pays.

Désormais, la commercialisation des voitures issues de ce type d’importation connaît un énorme succès. De plus, ça ne se fait plus en cachette comme avant. A cet égard, Sayarat Live rapporte les témoignages de commerçants. Ceux qui apportent des précisions et dévoilent les secrets derrière l’importation et la commercialisation des voitures en question.

Licences Moudjahidine en Algérie : des voitures luxueuses à des prix exorbitants 

Ainsi, ces opérateurs parmi tant d’autres se sont ouverts à la source précitée, et lui ont tout dévoilé. A l’issue des témoignages rassemblés, la crise de l’automobile s’avère à l’origine de l’émergence autant que l’exploitation de ce type d’importation. Mais surtout, ce sont les notaires qui signent aussi facilement. Ils se contentent d’inscrire l’agence que présente le détenteur de la carte, d’après ce qui a été rapporté.

Au fait, interrogé sur les prix excessifs, un commerçant explique que les voitures répondent à des normes internationales. De ce fait, les prix appliqués sont raisonnables, ajouta-t-il. Aussi, la source a accentué la forte liaison des prix avec la baisse relative du dinar algérien à des niveaux records.

Par ailleurs, les intervenants ont révélé l’étendue de la commercialisation des voitures portant des plaques d’immatriculations étrangères. Celle-ci est devenue une activité organisée et légalisée à l’heure actuelle. Notamment à Bir Khadem sur Alger.

D’autre part, ces faits montrent que la loi est surpassée par les prix offerts et les notaires. Instauré en 2009, la loi consiste à interdire l’utilisation des cartes des Moudjahidine par des parties tierces qui n’ouvrent pas droit. Cependant, les licences des Moudjahidine sont en vente pour un prix entre 50 et 100 millions DA. En tous cas, c’est ce qu’a précisé la même source.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes