Importation de voitures en Algérie : un expert propose 2 solutions pour combler le manque

Automobile – Le dossier d’importation de voitures en Algérie est loin d’être résolu, les avis des spécialistes divergent sur la question. Voici deux solutions que propose un expert pour le dossier de l’importation de voitures en Algérie.

En Algérie, l’importation de voitures neuves est en suspens depuis l’année 2018. Les usines de montage automobile sont à l’arrêt depuis plusieurs mois. Compte tenu de la lenteur du traitement de ce dossier, le secteur de l’automobile risque de subir le même sort que durant les années écoulées. Résultats des courses, des prix ahurissants sur le marché des voitures d’occasion, pénurie de véhicules neufs sur le marché national. À cet effet, voici ce que propose un expert quant au sujet de l’importation de voitures en Algérie.

En fait, les concessionnaires attendent toujours qu’on leur délivre les agréments. D’autre part, le cahier des charges devant régir l’opération d’importation des voitures neuves n’est toujours pas publié. Celui-ci se retrouve momentanément suspendu. Et ce, pour étude et examen de la part de l’instance compétente au niveau du ministère de l’Industrie.

De ce fait, les citoyens sont impatients de connaître la date de reprise de cette activité. Tout comme les concessionnaires, en particulier ceux qui ont déjà déposé leurs dossiers de candidature dans le cadre de l’importation des voitures en Algérie. Selon un spécialiste en économie, deux solutions se présentent.

Quelles solutions pour débloquer la situation ? L’expert recommande 

En effet, l’expert en économie s’est penché sur la question au micro d’Ennahar TV. Dans son intervention, il apporte alors deux (2) suggestions. Celles-ci pourront, selon ses dires, combler le manque sur le marché automobile en Algérie. En premier lieu, il est question de la fabrication de voitures localement.

Pour débloquer la situation dans le secteur de l’automobile, l’autre solution que préconise l’intervenant, est d’assouplir le cahier des charges d’importation de véhicules neufs. Afin de permettre aux agents agréés de bénéficier de plus de chances lors de la prochaine étape du processus d’importation. Et mettre ainsi fin à la polémique de la rareté des voitures sur le marché algérien.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

1 COMMENTAIRE

  1. Il y a qu’une seule solution. C’est fabriquer les véhicules localement. Toutes les autres propositions ne sont pas des solutions, mais de perte de la devise qui est très précieuse pour un pays comme le notre. Importer des des véhicules c’est une grave erreur de gouvernement. L’importation des véhicules est un message aux investisseurs étranger de ne s’installer en Algérie. Les priorités à l’importation des pièces de rechanges relatifs à notre parc existant pour le sauver. C’est grave quand, je vois les experts encouragent l’importation.

Comments are closed.