Importation de voitures en Algérie : vers l’élaboration d’un nouveau cahier des charges ?

Automobile – L’Algérie se tourne-t-elle vers un nouveau cahier des charges pour l’importation de voitures ? Le dossier automobile s’invite dans notre édition de ce mercredi 01 septembre 2021.

Il semble que le dossier automobile maintient son caractère peu stable et s’éloigne de l’immuable. En effet, l’Algérie aurait élaborer un nouveau cahier des charges concernant l’importation de voitures. Les racines de cette nouvelle nous viennent du quotidien Le Soir D’Algérie.

Trois mois se sont écoulés depuis les dernières modifications. C’était en mai dernier. Elles ont porté sur le décret exécutif modifiant le décret exécutif n°20-227 du 19 août 2020. À présent, le dossier automobile s’inviterait de nouveau à table. Par conséquent, on revient à la case amendement et modifications. En résultat, une revue des conditions et des modalités d’exercice de l’activité de concessionnaire de véhicules neufs.

À cet égard, la tutelle aurait préparé un texte qui sera le cœur d’une prochaine étude. D’ailleurs, les départements ministériels concernés le prendraient en charge pour enrichissement. En sus, ils vont l’examiner dans le fond et la forme.  

Malgré le peu d’informations disponibles pour le moment, on peut s’attendre à ce que cela toucherait trois points phares. Il s’agirait de la mise en conformité de ce texte réglementaire avec les dispositions de la Loi de finances complémentaire (LFC 2021). En outre, on se pencherait sur le service après-vente et la question des quotas.

Pour rappel, le décret exécutif concerné ainsi que le cahier des charges précédents ont été publiés au journal officiel n° 34, daté du 9 mai. Ces derniers comportaient les modalités d’exercice de l’activité de concessionnaires de véhicules automobiles, remorques et semi-remorques neufs.

Importation automobile : l’attribution des agréments se fait encore attendre

Les concessionnaires en Algérie devront encore patienter. Bien que près de 26 dossiers pour l’importation de véhicules soient déposés à ce jour, aucun nouvel agrément n’a fait apparition. Une situation peu enviable pour les concessionnaires automobiles.

En effet, il semblerait que la crise économique que traverse le pays se fait lourde. D’autant plus, si on tient compte de la baisse draconienne des réserves de change. Par conséquent, de telles conditions ne semblent pas avantager le secteur de l’importation de véhicules neufs.

Dans l’attente de plus de détails sur cette modification du cahier des charges, la scène automobile nationale se tient en haleine. Pour rappel, cette dernière a connu des des événements marquants récemment. Le géant allemand Volkswagen qui a rompu ses relations commerciales avec Sovac, alors que le groupe sud-coréen Hyundai a fait ses valises.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes