Importation de voitures en Algérie : Un économiste craint le monopole du marché

Algérie – L’économiste, Abdelkader Berriche, estime que le nombre de dossiers présentés pour l’importation des voitures en Algérie est très faible, et que ça peut mener à un monopole du marché.

En effet, l’expert en économie, Abdelkader Berriche, estime que le nombre de dossiers de concessionnaires présentés au ministère de l’Industrie pour l’importation des voitures en Algérie, et gérés par son Comité technique était très faible, et que ça peut mener à un monopole du marché, selon le site Sabqpress

Dans une interview accordée à Sabq Press, l’économiste déclare qu’il serait possible qu’un choix opté sur un nombre restreint de concessionnaires; souhaitant exercer dans le domaine d’importation des véhicules neufs, ne va pas impacter positivement les prix. Ainsi, cela ne va pas entraîner une baisse significative des prix des voitures sur le marché local.

De plus, le même spécialiste estime qu’un faible nombre d’opérateurs dans le domaine ne serait pas capable de fournir un quota de voitures suffisant par an. Ce qui indique que la demande locale ne sera pas entièrement satisfaite. Ceci dit, Berriche a attribué l’étude de dix (10) dossiers seulement, correspondant aux exigences du cahier de charges; serait derrière la réduction du nombre des dossiers acceptés.

Néanmoins, le même orateur estime que certaines conditions mentionnées dans le même cahier de charge; comme le service après-vente et le show-room; vont certainement contribuer à avoir une meilleure qualité de service de la part de ces concessionnaires. Cependant, quant à la diminution des prix, cela va se faire progressivement et pas de manière significative.

Les dossiers relatifs à la fabrication automobile en Algérie

Dans un autre registre, l’expert estime que la fabrication automobile en Algérie ne va pas se résumer à l’installation des différentes pièces; mais plutôt à la fabrication complète du véhicule. Ceci, dans le but de contribuer pleinement à l’épanouissement de l’économie nationale. Mais aussi, cela garantira le transfert de technologie et d’expertise au pays.

Il est à noter que le Comité technique chargé d’étude des dossiers liés à la fabrication des voitures en Algérie; s’est prononcé sur un (01) seul dossier retenu sur les dix-huit (18) dossiers déposés. Ceci, en ce qui concerne la fabrication de véhicules utilitaires et de tourisme, selon la même source sus-citée.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes