8.9 C
Alger
8.9 C
Alger
samedi, 13 avril 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileImportation de voitures en Algérie : Le dossier sur la table de...

Importation de voitures en Algérie : Le dossier sur la table de l’exécutif

Publié le

- Publicité -

Algérie – Le ministre de l’Industrie, Mohamed Bacha, vient de présenter deux projets de décrets exécutifs qui concernent l’importation de voitures neuves en Algérie dans une réunion du gouvernement présidée par le Premier ministre.

Décidément, le dossier portant sur l’importation des voitures neuves s’invite de nouveau sur la table du gouvernement en Algérie qui reste à la conquête d’une vraie industrie automobile. Cette fois-ci, le responsable du secteur de l’Industrie en Algérie, qui n’est autre que Mohamed Bacha, a présenté deux (02) projets de décrets exécutifs autour du sujet. 

C’est ce qu’a indiqué un communiqué des services du Premier ministre, Abdelaziz Djerad en l’occurrence. En effet, le gouvernement algérien a entendu, lors de cette réunion tenue ce mercredi 14 avril 2021, un exposé portant sur les deux projets de décrets exécutifs, présenté par le nouveau ministre de l’Industrie 

- Publicité -

Dans le détail, le premier décret correspond à celui numéro 20-227 du 19/08/2020. Il vient fixer les modalités d’exercice de l’activité de concessionnaires de voitures neuves. Le deuxième est, quant à lui, celui numéro 20-312 du 15/11/2020.

Il concerne les conditions d’octroi de l’autorisation de dédouanement des chaînes et équipements de production rénovés. Cette démarche a pour but de promouvoir les activités de production de biens et services, souligne le même communiqué.

En définitive, les nouveaux décrets présentés par Bacha viennent non pas seulement modifier, mais aussi compléter les deux susmentionnés mis en place par l’ancien ministre du secteur, Ferhat Aït Ali en l’occurrence. 

- Publicité -

Importation de véhicules en Algérie : Quid des nouveaux décrets alors ? 

Commençons par le premier décret du dossier de l’importation de voitures. Selon la même source, toute modification comportée sur celui-ci, devrait simplifier les conditions d’éligibilité des concessionnaires. Cela va sans dire. Une telle initiative vise à encourager la concurrence et la transparence, note alors le gouvernement algérien. 

Le but est de faciliter les démarches administratives obligatoires quant à l’obtention d’un agrément également. Celui-ci devrait donc permettre les concessionnaires automobiles d’exercer l’activité en question. Revenons au deuxième décret. Les modifications tournent autour des conditions d’octroi, souligne le même communiqué. 

Un peu plus loin, le ministère a fait savoir que la démarche en question vise à alléger et simplifier la procédure. De nouveaux paramètres permettant de protéger l’économie nationale entrent aussi en jeu, ajoute la même source. Avant de conclure, le gouvernement de Djerad a tenu à souligner une chose. Selon lui, ladite possibilité pourrait bien s’ouvrir sur l’importation d’équipements agricoles rénovés. 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -