Importation de voitures en Algérie : Le détail sur les agréments accordés

Algérie – Un délai d’un (01) mois a été annoncé pour l’octroi des agréments définitifs pour l’importation des voitures en Algérie, aux concessionnaires ayant bénéficié de licences provisoires.

En effet, les agréments définitifs pour les septs (07) concessionnaires ayant bénéficié de licences provisoires pour l’importation des voitures en Algérie, devront être délivrés dans un délai maximum d’un (01) mois à compter de la date de dépôt des dossiers définitifs, selon le quotidien arabophone Echorouk.

Ainsi, le Comité technique chargé de l’étude des dossiers informe les opérateurs qu’il demeure obligatoire de présenter les contrats définitifs avec les usines des fournisseurs dans le dossier final. Ceci, contrairement aux premiers contrats présentés lors de l’octroi des licences temporaires.

Ceci dit, il est à noter que les agréments provisoires sont valables pour une durée d’une (01) année à partir de la date de réception. Toutefois, les sept (07) agents ayant obtenu jusque-là; ces licences sont priés de présenter les contrats définitifs. Ces derniers, provenant des usines établies à l’étranger. Ceci, afin de garantir la livraison de véhicules conformes aux exigences du cahier de charge.

Les différentes étapes à franchir avant l’octroi des licences définitives

Il est à noter que le ministère de l’Industrie a confirmé que le Comité technique en charge des dossiers est tenu de délivrer les licences définitives; dans un délai qui ne dépasse pas un (01) mois. Ceci, à compter de la date du dépôt du dossier; conformément aux stipulations du cahier de charge. Cependant, il a été précisé que les agréments provisoires ne permettent pas aux concessionnaires d’entamer l’activité d’importation. Mais seulement, l’enregistrement auprès des services du registre de commerce. 

Ainsi, les concessionnaires doivent déposer une demande d’approbation finale qui passe par le Comité. Ce dernier qui doit à son tour faire une visite sur le terrain pour s’assurer que les superficies requises dans le cahier de charge ont été respectées. Mais aussi, que les équipements sont conformes à ce qui a été stipulé dans le document. Toutefois, il demeure clair que l’octroi de ces licences s’annonce plus strict que celles délivrées initialement, selon la source sus-citée.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes