20.9 C
Alger
20.9 C
Alger
dimanche, 19 mai 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileImportation de voitures en Algérie : «Le besoin n’est pas vital», estime...

Importation de voitures en Algérie : «Le besoin n’est pas vital», estime un expert

Publié le

- Publicité -

Algérie – L’expert financier, Souhil Meddah, revient sur les instructions du Président de la République et il estime que le besoin en importation de voitures à grosse cylindrée n’est pas vital.

Interviewé par La Patrie News, en ce lundi 19 avril 2021, l’expert en finances, Souhil Meddah, s’exprime au sujet de l’importation des voitures en Algérie. Il revient plus précisément et donne son avis sur les instructions mises en place par le Chef d’Etat Algérien, lors du dernier Conseil des ministres qu’il a présidé.

Dans le détail, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a précisé que la cylindrée du moteur des véhicules importés ne doit pas dépasser 1,6 litre. Dans cette entrevue, le spécialiste estime que cette décision ne va pas impacter le marché local. Ainsi, il ajoute que posséder une voiture à grosse cylindrée représente plutôt un désir qu’un besoin vital.

- Publicité -

En outre, il estime que cette instruction sera bénéfique d’un point de vue financier. Cela permettra d’optimiser les dépenses en devises sur le compte des réserves de change. Sachant que ces voitures auront un coût moins important que celles avec une cylindrée de moteur supérieure à 1,6 litre.

D’un autre côté, cette délimitation de critères permettra au gouvernement de statuer sur le budget prévisionnel alloué pour l’achat des pièces de rechange, indique le même intervenant. Celles destinées à ce genre de voitures. Notant que d’habitude les pièces pour les moteurs à grande capacité coûtent plus cher.

Automobile : Importation des véhicules électriques en Algérie

Par ailleurs, Abdelmadjid Tebboune a aussi ordonné l’attribution d’un quota pour l’importation des véhicules électriques en Algérie. Il s’agit d’un taux de 15% du total des voitures importées. Cela, à condition de limiter l’approvisionnement du marché local en voitures diesel.

- Publicité -

À ce sujet, le financier s’est aussi prononcé. Il précise que ce secteur d’activité qui est en pleine expansion peut être bénéfique pour notre pays. Il pourra changer la donne dans plusieurs domaines. Et ce, pour ce qui est de la transition énergétique. Mais aussi, le développement des personnes et leur sensibilité au sujet de l’environnement.

Cela dit, ce penchement vers cette nouvelle technologie nécessite avant tout une structure de base qui sera mise en place. Il s’agit des multiples secteurs de service liés à cette activité. Les bornes d’alimentation, les structures d’accueil. Mais aussi une réglementation pour fixer les prix pratiqués, estime le même locuteur.

De ce fait, il invite les startups en Algérie à s’orienter vers ce domaine. Ainsi, se spécialiser dans les nouvelles technologies. Meddah propose à ces jeunes entrepreneurs de s’ouvrir davantage sur des projets innovants qui n’existent pas encore sur le marché local.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -