Importation de voitures en Algérie : les aveux du ministre des Finances

Automobile – Le ministre des Finances révèle des détails inédits concernant l’importation de voitures en Algérie. On vous livre toute l’information dans cette édition du 11 juin 2022.

Pour le bonheur des citoyens algériens désireux de s’acquérir un véhicule flambant neuf, le ministre des Finances a indiqué que le dossier d’importation de voitures neuves en Algérie se dirige vers un progrès et une percée. L’information a été rapportée par le quotidien généraliste arabophone Echorouk.

Dans sa déclaration lors d’une réunion publique, Abderrahmane Raouya a reconnu que les institutions, les administrations et les citoyens en Algérie présentent un fort besoin d’acquisition de nouveaux engins à quatre roues. Cela particulièrement du fait que l’activité d’importation et d’installation connaît une pénurie depuis plusieurs années maintenant.

Ainsi, le responsable a assuré, en tant que représentant du gouvernement algérien, que la situation observera de nouvelles solutions en vue de satisfaire les besoins du marché automobile. Par la même occasion, le premier responsable du secteur financier a évoqué le sujet des exonérations douanières lors de l’importation de véhicules.

À ce propos, il convient de noter que les autorités algériennes concernées préparent de nouveaux textes juridiques. Et ce en vue du retour prochain de l’importation et de la construction de voitures. Néanmoins, le ministre a nié la possibilité que de nouvelles catégories d’importateurs de véhicules bénéficient d’exonérations douanières.

Importation de voitures en Algérie : voici les catégories concernés par l’exonération douanière 

En effet, Abderrahmane Raouya a expliqué que l’exonération douanière concerne uniquement des catégories particulières. D’une part, cela concerne les victimes de la guerre de libération nationale, dont le taux de préjudice est égal à 60 %. 

En revanche, les autres endommagés ayant un pourcentage inférieur à 60 % vont bénéficier d’une réduction du paiement des droits de douane en fonction du ratio de leurs dommages. La période de non-cession de la voiture est fixée à 3 ans pour cette catégorie.

Par ailleurs, les exemptions incluent également les fils des martyrs handicapés. Cela concerne principalement ceux qui ont reçu une allocation d’incapacité du ministère des Moudjahidines. De plus, cet avantage vise deux autres catégories. Il s’agit des personnes à mobilité réduite dans un contexte civil.

Enfin, les autres bénéficiaires sont les immigrants qui souhaitent changer de résidence pour des non-résidents. À condition que ces derniers prouvent qu’ils n’ont pas bénéficié d’allocations de résidence. Les exonérations douanières sont compatibles avec la politique de l’État. Elles se limitent ainsi aux catégories susmentionnées.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes