9.9 C
Alger
9.9 C
Alger
vendredi, 12 avril 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileImportation de voitures d'occasion (moins 3 ans) : La réaction des concessionnaires...

Importation de voitures d’occasion (moins 3 ans) : La réaction des concessionnaires Algériens

Publié le

- Publicité -

Algérie – Les concessionnaires automobiles algériens ont réagi à l’annonce des conditions d’importation des véhicules d’occasion (de moins de 3 ans) par le ministre de l’Industrie, Ferhat Ait Ali.

En effet, les concessionnaires ont répondu à la mesure de ré-autorisation de l’importation des voitures d’occasion en Algérie, une décision qui risque de mettre à mal leurs affaires. 

Alors que le ministre de l’Industrie Ferhat Aït Ali Braham, a annoncé la semaine dernière que l’importation des voitures d’occasion à motorisation diesel sera exclue et comblée par les voitures électriques hybrides, le président de l’Association des concessionnaires automobiles multi-marques (ACAM), Youcef Nebbache, a critiqué cette idée jugeant qu’elle manque de cohérence avec la réalité du parc national d’automobiles et ne peut s’appliquer en Algérie, rapporte le quotidien arabophone El Khabar.

- Publicité -

Dans ce sens, Youcef Nebbache estime que la mise en place effective de ce dispositif nécessite d’équiper les stations-service par la recharge électrique des voitures, un moyen qui n’est pas disponible actuellement en Algérie, précise la même source.

Nebbache plaide pour les véhicules de moins de 5 ans

Pour ce qui est du prix des véhicules d’occasion, le ministre de l’Industrie a affirmé qu’ils seront assez élevés, en raison de plusieurs facteurs à savoir le compteur de voiture bas en Europe, le taux de change du sur le marché noir des devises, ainsi que les droits de douane qui atteignent les 30% et les frais de la TVA fixés à 19%.

À cet égard, le président de l’ACAM, a plaidé le 29 janvier dernier pour se référer vers l’importation des véhicules d’occasion de moins de 5 ans au lieu de 3 ans. Et cela dans l’intérêt du citoyen, car le prix de ce type de voiture est réduit de 60%, ce qui est conforme au pouvoir d’achat du citoyen algérien.

- Publicité -

Nebbache a par ailleurs indiqué que les prix des voitures risquent de connaître une hausse de 50% en 2020, en raison de la forte demande des voitures en Algérie qui s’élève à environ 400.000 unités par an. Il appelle à cet effet le gouvernement à prendre des mesures sérieuse pour atténuer cette crise, en réévaluant l’avenir des usines de montages automobile, précisant que l’importation de véhicules de moins de 3 ans ne résoudra pas la crise du marché automobile en Algérie.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -