Importation pour la revente en l’état en Algérie : le ministère du commerce s’exprime

Algérie – Le ministère du Commerce dévoile de nouvelles précisions au sujet de la suspension de la domiciliation bancaire en ce qui concerne l’importation pour la revente en l’état.

En effet, les opérateurs économiques qui opèrent dans le secteur d’importation des marchandises destinées pour la revente en l’état en Algérie se trouvent dans une situation peu commode. Et ce, depuis l’annonce du Gouvernement relative à la suspension de la domiciliation bancaire à compter du 31 octobre prochain.

De ce fait, dans cette édition du quotidien Ennahar parue le 02 septembre 2021, davantage de précisions ont été rapportées sur ce sujet. Au fait, le ministère du Commerce a publié hier un communiqué. Par le biais de ce texte, le département a précisé que sont seulement concernés par cette interdiction, certains opérateurs. Il s’agit des commerçants qui n’ont pas encore modifié leur extrait de registre de commerce.

Dans le même texte, le ministère en question a tenu à informer l’ensemble des importateurs. En particulier, de cette catégorie de produits, que cette décision. Celle de suspendre les domiciliations bancaires à partir du 31 octobre ne serait pas applicable sur tous. Mais uniquement sur les agents qui ont déposé des demandes de domiciliation; auprès des banques commerciales avec un extrait du registre de commerce non modifié.

Importation pour la revente en l’état en Algérie : les opérateurs soulagés après cette annonce

En outre, il a également été précisé dans ce communiqué, que chaque professionnel qui détient un extrait du registre de commerce et un certificat d’engagement. Cela, conformément au nouveau décret exécutif, il pourra exercer ses activités commerciales sans aucune contrainte.

De plus, le ministère a ajouté que cette démarche. Celle relative à l’activité d’importation pour revente en l’état. Le Gouvernement l’a, en fait, mise en place dans le but d’inciter ces opérateurs économiques à se conformer aux dispositions en vigueur. Au fait, ils doivent se plier à ces règles avant le 31 octobre 2021. Au lieu d’attendre la date d’échéance annoncée au début pour le 31 décembre.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes