24.9 C
Alger
24.9 C
Alger
mardi, 14 mai 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileImportation de voitures en Algérie : Ce qu'a dit Saïda Neghza (vidéo)

Importation de voitures en Algérie : Ce qu’a dit Saïda Neghza (vidéo)

Publié le

- Publicité -

Algérie – La présidente de la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA), Saida Neghza, s’exprime au sujet de l’importation et la construction de voitures en Algérie.    

Le sujet de l’importation de voitures en Algérie continue de susciter les réactions divergentes des économistes et des responsables. Ce dimanche 14 mars, la présidente de la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA), qui n’est autre que Saïda Neghza, a donné son avis à ce sujet. 

Invitée sur le plateau de Lina Télévision aujourd’hui, la responsable réélue le mois de février dernier à la tête de la CGEA pour la deuxième fois, a sorti la grosse artillerie pour manifester, sans ambages, son opposition à l’importation de voitures en Algérie en l’état actuel des choses. 

- Publicité -

En préambule, Neghza a fait savoir qu’il faut, pour le moment, opter pour la fabrication d’équipements et de pièces détachées pour automobiles, que pour l’importation des véhicules. Elle poursuit en indiquant que le pays a besoin « des entreprises de sous-traitance ». 

| Lire aussi : Automobile : Une femme mécanicienne témoigne sur son métier en Algérie

« Même les filtres on les importe de l’étranger », fait-elle remarquer. Neghza poursuit, en soulignant le potentiel de la jeunesse algérienne à être une force pour le progrès et la relance économique. « Nous pourrions financer les jeunes entrepreneurs de l’Ansej. Les aider à créer des entreprises spécialisées et pourquoi pas des unités de fabrication de filtres », propose-t-elle. 

La présidente de la CGEA suggère donc de donner la mission de la fabrication des pièces automobiles aux jeunes entrepreneurs. En définitive, Neghza estime que le pays dispose de la puissance nécessaire pour faire face aux défis industriels. Une démarche qui devrait donc passer avant l’importation de véhicules neufs de l’étranger.  

- Publicité -

| Sujet connexe : Algérie : Pas d’importation de voitures de moins de 3 ans en 2021 ?

À ses yeux, les têtes jeunes et bien faites peuvent faire preuve de diligence en contribuant au secteur de l’Industrie dans le pays. « Pourquoi parler des voitures alors que nous possédions même pas la base ! On ne peut pas construire une maison vide », conclut-elle. 

Si l’on se fie aux déclarations de la présidente de la CGEA, l’Algérie devrait dépasser plusieurs caps avant de passer à l’importation des véhicules. La route pourrait être longue pour y arriver. Mais pour un point de départ réussi, Neghza propose de s’appuyer, pour le moment, sur la fabrication des pièces automobiles. 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -