AccueilÉconomieAutomobileImportation automobile en Algérie : la première voiture arrivera à cette date,...

Importation automobile en Algérie : la première voiture arrivera à cette date, selon un expert

Automobile – D’après l’avis d’un expert spécialisé dans le domaine de l’automobile, l’importation de la première voiture en Algérie devra être effective dans quelques mois. Voulez-vous savoir à quelle date? Restez branchés ! Dzair Daily vous livre davantage d’informations à ce sujet dans la suite de son édition du 3 septembre 2022. 

En effet, selon le site d’information Auto DZ News, spécialisé dans le domaine de l’automobile, que le média Sayarat Live cite, il existe à ce jour cinq (5) agréments accordés à différents concessionnaires algériens. La même source médiatique a en outre dévoilé une date à laquelle l’importation de la première voiture en Algérie devra avoir lieu. 

Dans le détail, le site susmentionné a également rapporté que les agréments portant sur l’importation de voitures neuves seront distribués au cours de ce mois de septembre.

Mais une question continue de tarauder les esprits des citoyens algériens : quand les nouveaux véhicules commenceront à sillonner les routes d’Algérie ? Il est à rappeler que l’importation de voitures neuves dépend de la distribution d’agréments. Ce n’est donc qu’une fois ces derniers octroyés que les concessionnaires peuvent effectuer leurs demandes aux usines étrangères.

Une étape qui leur permettra par la suite de procéder à l’importation automobile. De ce fait, l’arrivée de la première voiture en Algérie, selon les spécialistes, devra s’effectuer à la mi-janvier 2023. Elle concernera les véhicules européens. Quant à celle des engins asiatiques, elle aura lieu au cours du mois de février prochain, de l’avis des experts. 

Plusieurs pays contrôlent le marché automobile, selon un économiste algérien  

Par ailleurs, Saad Sellami, expert en économie et membre du Centre algérien de prospective économique et de développement de l’investissement entrepreneurial, a  apporté des explications quant à la situation que traverse actuellement le secteur automobile algérien.

Le quotidien El Hiwar Dz les a relayées. Dans le détail, Saad Sellami a souligné que la suspension des importations de voitures ne s’agit pas d’une décision prise par l’Algérie. Elle découle, a-t-il indiqué, des puissances dominantes. « Des pays puissants se sont emparés du marché africain », a-t-il encore déclaré.

Il a ajouté, dans le même sillage, que le président Tebboune a pris une décision importante dans le secteur des hydrocarbures. Il a, toujours selon les dires du même locuteur, interdit l’importation de carburant. Une mesure qui a bouleversé l’ensemble des pays qui se sont appropriés le marché africain de l’automobile et celui du carburant, a conclu Sellami. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes