AccueilÉconomieAutomobileImportation automobile en Algérie : voici les marques exclues

Importation automobile en Algérie : voici les marques exclues

Automobile – Depuis son annonce officielle, le retour de l’activité des concessionnaires et du montage automobile est sur toutes les lèvres, amenant, au passage, son lot d’interrogations, dont une qui concerne les marques suspendues à l’importation en Algérie.  

Le gouvernement algérien s’emploie à tirer d’affaires, autant que faire se peut, l’un des secteurs clés de l’économie nationale. Il a longtemps été englué dans une crise profonde. Celui lié aux engins à quatre roues. Pour ce faire, il a donc rouvert la voie à l’importation de voitures d’occasion de moins de 3 ans, l’activité des concessionnaires et la fabrication automobile en Algérie de plusieurs marques. 

Des mesures propices à la relance effective et efficiente des filiales automobiles. À peine communiquées, elles ont donné lieu à un questionnement. Une des questions soulevées revient, se repose avec insistance et s’impose dans tous les débats dernièrement. 

Celle-ci : quels sont les modèles que l’on ne verra pas au marché du neuf ? Sa réponse devra apparaître dans la deuxième partie de cette édition du dimanche 4 décembre 2022. Elle est signée Mustapha Zebdi, président de l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement (APOCE). Découvrons-en plus ci-dessous ! 

Algérie/importation de voitures neuves : l’identité des marques non-retenues révélée 

Pour satisfaire à la susdite requête des citoyens algériens, le premier responsable de l’APOCE s’est manifesté sur sa page Facebook. Il a alors fait savoir que seules les petites marques à moindre prix ne sont pas concernées par l’importation de voitures neuves en Algérie. Le média Awras rapporte l’information. 

Mustapha Zebdi explique cette décision par le coût élevé des installations de base. Celles auxquelles les concessionnaires de la marque économique doivent procéder pour décrocher une accréditation.

La raison de l’élimination de ce type de modèles repose, selon le même responsable, notamment sur le désintérêt du citoyen pour ce dernier. Un détachement qui ne pourra pas couvrir les frais des opérateurs concernés, explique-t-il en outre.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes