Automobile

Importation automobile en Algérie : 2020, une année blanche ?

0
algérie importation automobile 2020
S'abonner :

Algérie – L’année 2020 est sur le point de s’achever, puisqu’il ne lui reste que quatre mois à voir s’écouler dans le compte à rebours, et une interrogation, du côté du marché automobile en Algérie, se pose inévitablement et concerne l’importation des voitures neuves que l’ombre d’une année blanche menace sérieusement.

La question est traitée par le site spécialisé, Auto Bip, dans un article mis en ligne aujourd’hui 2 septembre. Vu que l’année 2020 s’apprête à nous quitter à jamais, le média se demande si des véhicules neufs seront acheminés en Algérie dans le cadre de l’importation automobile de l’étranger ou bien ce sera l’accomplissement de 12 longs mois sans voitures importées. Sachant que le processus en question n’a été enclenché que très récemment.

Alors, l’interrogation ci-dessus posée se révèle « légitime » ; selon le site web qui dit essayer de dénicher quelques pistes ; qui peuvent aider à y voir plus clair. « L’Algérie recevra-t-elle des véhicules en 2020 ? ». Autrement dit, l’année blanche, en matière d’importation automobile, est-elle incontournable ? Voilà à quoi on tente de répondre ; ou du moins apporter quelques « éléments de réponses » ; d’après les propos mêmes de notre source.

Un véhicule automobile constitue un produit très complexe à importer ; et est capable de se révéler chronophage. Le cahier des charges, régissant l’activité de concession automobile, n’est que fraîchement sorti de son « emballage ». L’indication du quota général à importer s’est à peine faite. Tout un processus attend son exécution ; explique donc Auto Bip.

Malgré les embûches, on évitera l’année blanche dans ce cas  

Les concessionnaires automobiles devront, par ailleurs, déposer leurs dossiers ; pour postuler à la réception de l’agrément provisoire. Mais aussi, par la suite, l’agrément définitif afin d’avoir l’autorisation légale d’entamer l’exercice de leur activité. Ces opérateurs devront procéder aux négociations ; avec les constructeurs automobiles ; pour passer leurs commandes.

Ce qui risque de ralentir cette étape, d’après les mêmes propos, sont les quotas par marques qu’on ne connait toujours pas. Sans omettre la production ; et le transport des véhicules. Ainsi que le passage par l’homologation auprès des services des mines ; ajoute le média en ligne.

Cette quantité de démarches contrarie grandement l’importation des véhicules en 2020. Néanmoins, le tour n’est pas joué d’avance ; si l’on croit le site spécialisé dans l’automobile. C’est encore possible d’éviter l’année blanche.

À condition d’une bonne dose de volonté qui animera « tous les maillons de la chaine ». Cela se manifestera par le choix d’un certain nombre de méthodes bornant les délais. Acheter sur stocks ; et opter pour les modèles déjà homologués. C’est ce dont parle Auto Bip ; en guise d’illustration de procédures non gourmandes ; en matière de consommation de temps.

Article recommandé :  Algérie : Réduire les dépenses en devises pour sauver l’économie

Algérie : La colonisation de la France et sa nuisance sur l’écologie

Article précédent

Algérie : Une artiste Algérienne lutte contre la grossophobie grâce à l’art

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.