22.9 C
Alger
22.9 C
Alger
mercredi, 19 juin 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieImportation en Algérie : les opérateurs privés perdent du terrain

Importation en Algérie : les opérateurs privés perdent du terrain

Publié le

- Publicité -

Algérie – Dans le cadre de la régulation du commerce extérieur, le gouvernement algérien durcit encore les conditions d’importation en interdisant aux opérateurs privés d’importer une catégorie de marchandise. Dzair Daily vous en dit un peu plus ce samedi 11 février 2023.

En effet, le territoire algérien adopte de nouvelles mesures sur les opérations des échanges commerciaux extérieurs. Dans sa nouvelle optique de durcir les conditions d’importation des produits, les autorités écartent une catégorie de commerçants. Il s’agit des opérateurs privés qui se sont vus interdire l’opération d’importation en Algérie. 

Effectivement, selon une note publiée par l’Association Professionnelle des Banques et des Établissements Financiers (ABEF) et reprises par l’APOCE, l’Algérie vient de prendre une mesure concernant les importations. Dans le cadre de la régulation du commerce extérieur, il a donc été décidé d’écarter les opérateurs privés d’importer le riz et les légumes secs.

- Publicité -

Désormais, l’Office Algérien Interprofessionnel des Céréales (OAIC) détient l’exclusivité de l’importation de ces produits. L’ABEF a informé dans sa note, datée de jeudi 9 février, de la nouvelle mesure prise par le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations (MCPE). Celle-ci interdit toute activité d’importation de riz ou de légumes secs par d’autres importateurs. Cela que ce soit pour la revente en l’état ou pour usage propre.

Importations de riz et légumes secs : l’OAIC, l’unique distributeur public

En effet, par le biais du document cité plus haut, l’OAIC devient le nouveau monopole public des importations de riz et de légumes secs. De ce fait, les importateurs et les transformateurs de ces produits doivent passer par l’Office Algérien Interprofessionnel des Céréales. Celui-ci, rappelons-le, détient déjà l’exclusivité au monopole de l’approvisionnement aux céréales.

Une nouvelle restriction imposée aux banques par l’ABEF sur instruction du ministère du Commerce. Ces établissements doivent alors prendre les mesures nécessaires pour l’application de cette décision ministérielle, a-t-on souligné en bas du document.

- Publicité -

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -