AccueilÉconomieImportation : l'Algérie évalue son choix de remplacer les céréales de France...

Importation : l’Algérie évalue son choix de remplacer les céréales de France par celles de Russie

Économie – Après avoir changé son fournisseur de céréales, à savoir la France, l’Algérie s’est tournée vers la Russie et lève le voile quant à son choix. Curieux d’apprendre davantage à ce sujet ? Nous vous invitons à découvrir ce numéro du 21 novembre 2022.

En matière d’importation des céréales, l’Algérie a changé son fournisseur pour remplacer la France et se tourne vers le marché de la Russie. Dans le détail, ayant modifié son cahier des charges en 2020, l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) a pris la décision d’opter pour une autre source d’approvisionnement.

À ce propos, le secrétaire général de l’OAIC, Nasreddine Messaoudi, s’est prononcé à ce sujet, lors du Global Grain. Celui-ci s’est tenu à Genève, du 15 au 17 novembre 2022. Messaoudi a, d’ailleurs, fait savoir : « Nous avons été satisfaits des blés importés de Russie ». Avant de poursuivre : « Les taux de protéines des lots russes étaient bons, tout comme les W (force boulangère) ». C’est ce qu’a rapporté Maghreb Émergent.

Sachant que celles-ci sont souvent supérieures aux origines européennes, selon ses propos. Au cours de son intervention, le responsable de l’organisme public a révélé que les poids spécifiques (PS) ont pris une ascension supérieure en moyenne que ceux de l’UE. Il est à noter que cette conclusion porte également sur la récolte de 2021. Puisque la France a connu quelques rechutes sur ce critère, selon ladite source.

Le taux de grains punaisés en progression

En ce qui concerne le taux de grains punaisés, Messaoudi a déclaré qu’il y a eu des progrès. Dans ce même sillage, Messaoudi a proféré : « Nous avons des valeurs comprises entre 0,3 % et 0,4 % ». Il convient de rappeler que l’OAIC a procédé à la révision de la hausse du taux autorisé de grains punaisés.

Étant donné que le taux est passé de 0,5 % à 1 %. Ainsi, l’Algérie s’est ouverte à l’importation du blé d’origine mer noire et dès lors la Russie a régulièrement exporté des volumes sur l’Algérie. Il s’agit de ce qu’a fait savoir la source susmentionnée. Du reste, le SG de l’OAIC a élucidé que l’Algérie compte diversifier ses sources d’approvisionnement, selon Maghreb Émergent.

Et cela, auprès de 18 pays, dans un environnement de forte volatilité et de haut niveau des prix du blé. En outre, Messaoudi a affirmé : « Toutes les origines importées, incluant européennes (et françaises) ont donné satisfaction ». Pour rappel, l’Algérie est parvenue à diversifier ses fournisseurs, à savoir la Russie, grâce à la modification du cahier des charges.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes