16.9 C
Alger
16.9 C
Alger
samedi, 13 avril 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileL'impact de l'importation des voitures d'occasion sur le marché noir des devises

L’impact de l’importation des voitures d’occasion sur le marché noir des devises

Publié le

- Publicité -

Le retour de l’importation des véhicules d’occasion (de moins de 3 ans) va-t-elle faire flamber l’euro sur le marché noir des devises en Algérie ?

En effet la ré-autorisation de l’importation des voitures de moins de 3 ans par les algériens à leurs propres frais ne profitera pas au marché noir des devises en Algérie. Le ministre des Finances Mohamed Loukal a expliqué que l’entrée en vigueur de cette mesure, conformément à la Loi de Finances 2020,  « n’alimentera pas le marché noir des devises détenu par les plus gros vendeurs et acheteurs traditionnels ».

Le ministre a expliqué l’intention des autorités algériennes à maîtriser l’espace informel. Cette opération se fera par la maîtrise de la surfacturation et de l’évasion fiscale; mais aussi par la veille à ce que l’importation des véhicules d’occasion (de moins de 3 ans) s’effectue dans un climat de « transparence totale ». Ceci explique par exemple le refus d’autoriser les concessionnaires automobiles agréés à assurer l’importation des voitures d’occasion.

- Publicité -

En outre, il est utile de rappeler que parmi les conditions d’importation des véhicules d’occasion, le paiement du véhicule importé se fera par débit d’un compte devises domicilié en Algérie (capitaux propres à l’acheteur).

Le secteur du montage automobile remis en cause ?

Dans le même sillage, le ministre du Commerce Said Djellab a expliqué que le retour de l’importation des véhicules de moins de 3 ans est “provisoire” en attendant la mise en place d’une véritable industrie de montage automobile en Algérie.

Il ajoute par ailleurs que la ré-ouverture de ce marché permettra de “réguler” le marché national des véhicules en termes de prix, en faisant “pression” sur le secteur du montage automobile.

- Publicité -

Quant aux conditions d’importation des véhicules de moins de 3 ans, notamment l’obligation d’avoir un compte devises, le ministre du Commerce y voit plutôt une méthode « d’absorption de la masse monétaire » qui se trouve sur le marché noir des devises en Algérie. Cette mesure permettra donc, selon lui, d’avoir une « meilleure traçabilité » pour contrer les transferts illicites de capitaux.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -