AccueilGuide VoyagesImmigration au Canada : Legault réticent à l’idée d'accueillir plus d’immigrants

Immigration au Canada : Legault réticent à l’idée d’accueillir plus d’immigrants

Voyage – Le nouveau projet d’Ottawa portant sur l’augmentation des seuils d’immigration a été accueilli avec froideur par François Legault, Premier ministre du Québec, la plus grande province du Canada. Les lignes qui suivent de notre édition du vendredi 4 novembre 2022 vous dévoilent l’ensemble des détails sur ce sujet. 

Mardi dernier, le ministre fédéral, Sean Fraser, a fait état de la mise en place d’un plan triennal qui prévoit l’augmentation du nombre de résidents permanents par année à l’effet de remédier à la pénurie de main-d’œuvre. Une stratégie en matière d’immigration qui n’est pas du goût de François Legault, souvent pointé du doigt, par les immigrants du Canada, pour ses idées proches de l’extrême droite.  

Alors que le territoire canadien se remet encore des répercussions de la pandémie du coronavirus, ses entreprises cherchent sans répit à pourvoir les milliers de postes vacants dans les domaines clés du développement économique. 

En vue de contrer cette pénurie de personnel qualifié, le gouvernement a donc rehaussé les niveaux d’immigration. Il ambitionne à cet effet d’accorder la résidence permanente à 465.000 nouveaux arrivants en 2023. Soit 18.000 de plus que précédemment. En 2024, le chiffre passera à 285.000 avant d’atteindre les 500.000 au cours de l’année 2025. 

Une mesure que le chef du gouvernement québécois qualifie d’anachronique et de programme insensé. « Déjà à 400 000, il y avait un problème, donc à 500 000 encore plus ». Il s’agit là de ce qu’a déclaré, mercredi dernier, François Legault face à la presse, lors de son arrivée à ses bureaux. Nous vous en disons plus dans la deuxième partie du présent article. 

Face à l’augmentation substantielle du nombre d’immigrants, Legault hausse le ton !

La décision d’Ottawa de hausser le nombre d’immigrants chaque année n’a clairement pas trouvé d’écho favorable auprès du Premier ministre du Québec. Accueillir plus d’arrivants serait, de son avis, « suicidaire » pour la nation québécoise francophone. 

« Je comprends qu’il s’agisse ici d’objectifs économiques. Mais nous avons le défi spécial de protéger et promouvoir le français », a-t-il précisé, sur un ton tranchant. À la perspective que la langue de Molière recule au Québec au même rythme que la hausse du nombre des étrangers au Canada, François Legault dit avoir du mal à se résoudre à l’idée d’accueillir autant de personnes en trois ans. 

« Là, si vous faites un petit calcul, 23% de 500.000, on serait presque au double de ce que propose le parti. Vraiment là, il va falloir que Monsieur Trudeau, son lieutenant Pablo Rodríguez et les gens à Ottawa comprennent qu’on veut garder ici le français à long terme », a fustigé le même responsable.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes