L’histoire incroyable de ce chercheur Algérien en physique appliquée

Algérie – Le génie multi-diplômé, Marhoun Ferhat, est chercheur en physique appliquée dans les plus grandes institutions internationales. Son parcours professionnel est exceptionnel. 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cet algérien chercheur jouit d’un cheminement professionnel aussi impressionnant qu’inusité. Dzair Daily vous amène sur les traces de ce génie qui contribue grandement au progrès de la science physique. Le quotidien Supernova Dz relate l’information.

De son nom complet Marhoun Ferhat, est bien connu dans le monde scientifique. Il est natif de la wilaya de Laghouat, en Algérie. Le physicien obtient son premier diplôme à l’Université de Bab Ezzouar, en 2000. Il décide alors de s’envoler dans un autre pays pour poursuivre son master.

Il bénéficie d’une bourse d’étude et choisit l’Université Montpellier-II Sciences et techniques, en France. Grâce à sa formation à ladite faculté, ce maître incontesté de la physique a pu obtenir un doctorat de chimie des matériaux.

Toutefois, après son expérience remarquable à l’Hexagone, le docteur-chercheur algérien s’est dirigé vers sa deuxième destination. Et c’est l’une des meilleures universités au monde qui lui a offert une subvention.

Il s’agit de la faculté des Sciences et Technologies (JST) basée dans la capitale du Japon, à Tokyo. Après avoir démontré ses compétences professionnelles, l’algérien rejoignit le Collège doctoral de sciences techniques de Hokkaido, où il a occupé pendant des années le poste de chercheur.

Mention honorable au Japon pour le surdoué 

Pendant des années, le savant algérien n’en finissait plus d’impressionner les laboratoires de la chimie au Japon. Après avoir été chercheur pendant trois ans au Collège doctoral, Marhoun Ferhat a été admis dans le laboratoire d’IAST (National Institute of Advanced Industrial Science and Technology).

Passionné de physique et chimie, le docteur-chercheur voulait toujours plus. Après un an écoulé à l’IAST, ce dernier a décidé d’intégrer l’Université des Sciences et de la Technologie de Hokkaido. Il y a travaillé pendant quatre ans comme professeur permanent.

Ce n’est pas tout, la tête de génie algérienne a obtenu de nombreux brevets dans plusieurs spécialités. À savoir, en sciences des matériaux, en physique et semi-conducteur et en technologies du vide. De plus, il a participé à plusieurs conférences, colloques et séminaires internationaux.

Le mal du pays en expatriation

Effectivement, comme la plupart des expatriés, le professeur de physique a ressenti cette vague nostalgie envers son Algérie. Ainsi, en 2008 il a décidé de rejoindre la terre du pays et contribuer aux succès des futurs physiciens. Il a occupé le poste de chercheur principal  au Centre de Développement des Technologies Avancées à Baba Hassen, Alger. Entre 2009 et 2011, il a été maître de conférences à l’Université de Laghouat.  

Sa soif inextinguible de connaissances et de découvertes l’a poussée à s’installer en Jamaïque. Depuis 2019, Marhoun Ferhat enseigne à l’Université des Indes occidentales, à Kingston où il a d’ailleurs créé un tout nouveau laboratoire. Ce dernier repose sur la recherche des effets nanomatériaux. Il encadre notamment des étudiants de master et de doctorat. 

Il est à noter que le diplômé algérien est membre permanent à l’ITS (international thermoelectric society). Marhoun Ferhat fait partie des fortes têtes de la Société japonaise de physique appliquée.  

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes