Algérie

«Des héritiers de l’Algérie française» qui nient l’indépendance de l’Algérie ?

12
héritiers algérie française indépendance
S'abonner :

Algérie – Les nostalgiques les plus « farouches » de l’Algérie française ont une relève (des héritiers) qui a récupéré le même sentiment de déni de l’indépendance de notre pays. C’est ce qu’a affirmé, aujourd’hui lundi, l’historien Benjamin Stora, à l’égard de ses détracteurs en France, qu’il situe majoritairement dans une case doctrinale déterminée.

Dans l’entretien qu’il a accordé au quotidien national Le Soir d’Algérie, Benjamin Stora a abordé les résistances émises en France ; à l’encontre de sa nomination par Emmanuel Macron ; pour mener le travail de mémoire commune à la France et à l’Algérie. Il s’agit, selon l’interviewé, de ceux qui perçoivent toujours cette dernière comme colonie française. Ce sont « les héritiers des ultras de l’Algérie française qui n’ont jamais accepté l’indépendance », clame Stora.

Leur « réaction de refus de regarder en face le passé colonial de la France n’est pas nouvelle ». C’est « le même courant idéologique » de jadis ; qui porte aujourd’hui cette vision du passé. L’historien, désigné pour travailler à côté de son binôme algérien, docteur Abdelmadjid Chikhi, s’étonne d’entendre proférer contre lui ; des accusations de parti pris. C’est « le simple fait de travailler pendant de longues années ; sur la partie algérienne de cette histoire » ; qui lui a valu cette étiquette de penchant pour la version algérienne (impartialité).

Son « mémoire de maîtrise sur le nationalisme algérien ; sous la direction de René Rémond » n’y est pas pour rien. Son travail avec de « grands historiens algériens comme Mahfoud Kaddache ; et Mohammed Harbi, pour établir » son « Dictionnaire biographique de militants nationalistes » ne l’est pas non plus.

« Décolonisation des imaginaires » : Une entreprise chronophage, estime Benjamin Stora

« L’accusation de partialité est tendancieuse car j’ai également travaillé sur le côté français », souligne l’interlocuteur du journal francophone. « Par exemple avec les biographies de Charles de Gaulle ou de François Mitterrand ; sur l’histoire des appelés, et sur les juifs d’Algérie. « Indigènes » devenus français par le décret Crémieux de 1870 ».

Par la suite, l’orateur assure : « La bataille pour la décolonisation des imaginaires est une entreprise de longue durée ». Les nostalgiques de l’Algérie française sont probablement les plus concernés ; par cette réplique de l’historien. Celui-ci confie par ailleurs qu’il « ne sais pas si un nouveau discours d’excuses officielles suffira ». Sera-t-il en mesure, à lui seul, « d’apaiser les mémoires blessées ; et de combler le fossé mémoriel qui existe entre les deux pays » ? Benjamin Stora semble peu convaincu là-dessus.

« À mes yeux, explique-il en revanche, il importe surtout de poursuivre la connaissance de ce que fut le système colonial ». Il faut continuer pour cerner « sa réalité quotidienne et ses visées idéologiques ». Mais également saisir « les résistances algériennes et françaises à ce système de domination ». Selon les mêmes propos, il est question d’un « travail de longue haleine ». Un véritable travail de fourmi. « Nous devons le mener ensemble des deux côtés de la Méditerranée », insiste donc Stora. 

Article recommandé :  France : Les centres de rétention débordés par les Harragas Algériens

Rentrée universitaire Algérie : Les conditions sanitaires prises en compte

Article précédent

Hausse des tremblements de terre en Algérie : Craag explique

Article suivant

Lire aussi

12 Commentaires

  1. Benjamin Stora , toujours égal à lui même, ne nie pas cette évidence que certains véhiculent sans remord , que l’Algérie est toujours sous la emprise de la France. Ceux visés par Stora , ce sont ces ultras du côté de la France qui ne veulent pas de cette indépendance Algérienne. Malheureusement, il en existe du côté Algérien , ceux qu’on appelle les harkis ( pas ceux extradé en 1962) , mais ceux qui sont ici pour conforter cette présence française en sol algérien . Ceux là qui ne jurent que cette colonisation à un aspect positif et continuent de travestir la vraie histoire tout en continuant à travailler avec ce que la France à laissé. Un travail de mémoire colossal attend Mr Stora et son homologue Algérien . D’ailleurs ce dernier , dans des propos lourds de sens, avait déclaré que l’écriture des mémoires reste ni possible , ni souhaitable. A méditer.

  2. Les 2 pays tantôt ennemis, tantôt amis ont besoin l’un de l’autre.

  3. Impossible de débattre avec certains individus car Concernant l’écriture de l’histoire la constitution Algérienne déclare maintenant :
    « L’histoire étant la mémoire et le patrimoine commun de tous les Algériens, nul n’a le droit de se l’approprier et de l’instrumentaliser à des fins politiques. Il appartient donc à l’Etat d’assurer la promotion de son écriture, de son enseignement et de sa diffusion. »
    FERMEZ LE BAN EN ALGERIE C’EST A L’ETAT D’ECRIRE L’HISTOIRE !

    Avec Mohammed Harbi qui s’est prononcé pour une histoire dénationalisée et apaisée, une partie de la presse algérienne avait réagit en revendiquant pour les Algériens le droit de connaître leur histoire sans restriction et sans intervention de l’Etat .SANS EFFET A L HEURE ACTUELLE
    Stora au lieu de nous répondre sur le fond et sur le fait de son sectarisme et de celui de ses interlocuteurs preférés brandit dans cet ’interview une accusation absurde de type stalinien accusant ces contradicteurs comme ceux “qui perçoivent toujours l Algérie comme colonie française.” Ce sont « les héritiers des ultras de l’Algérie française qui n’ont jamais accepté l’indépendance », clame Stora.pour clore le débat sur les’origines de la création commune de l’Algérie; des invectives débiles deviennent ses seuls arguments pas dignes d’un éléve du pére Léon *****

  4. Pas de probléme n’empéche que l’entité Algérie fut créée par la France
    ,La régence d’Alger neutralisée :la flotte barbaresque pirate
    détruite,les Ottomans et autres janissaires “rapatriés” qui avaient si peu défendu
    leur pseudo Etat ! il eu fallut sécuriser quelques ports cotiers comme l’avaient fait les Espagnols (qui y sont encore) et laisser “à volo” l’intérieur du pays régler ses comptes Tribaux ;kabyles;chaouias,arabos berbéres ;maures;juifs etc ….
    le bilans des affrontements présumés et victimes comme toutes les entité musulmane) et les alliances à l’est et à l’ouest n’aurait pas surement donné un Etat central ;et un sud saharien unifié (certainement réparti entre tous ces riverains avec ses richesses cachées) avec une large emprise à l’ouest au sud Marocain (regarder une carte)
    Oui indubitablement c est La colonisation Française avec ses abus ; ses déboires
    mais aussi ses enseignements et ses colons qui ont façonné l’Algérie Si la France n’avait pas colonisé ce Maghreb central en effet Alger et quelques ports seraient devenus des enclaves Françaises comme Mélilla et Ceuta Espagnoles et le reste répartis entre les Tribus rivales de l’est et de l”ouest et pas unifié comme aujourd’hui Merci la France !

  5. Une confusion règne dans la tête de certains sur cette histoire commune entre l’Algérie et la France.
    Que la Constitution précise ce qu’elle veut sur l’écriture de l’histoire Algérienne , mais il ne s’agit pas de cette histoire d’Algérie. C’est ce qui s’est passé durant la colonisation française qui intéresse le commun des Algériens et même des français. Trop de non dits sur certains pans de cette histoire , que chaque partie étalé ses vérités et tout rentrera dans l’ordre.
    Oui, l’Algérie , en tant qu’État , fut créée en 1838 mais son histoire remonte à des milliers d’années. C’est justement depuis la création de cet État jusqu’en 1962 que pas de zones d’ombres doivent être éclaircies.
    Quant à dire qu’une colonisation a des effets positifs , c’est se tirer une balle dans …la tête. Toute forme de colonisation n’a que des effets néfastes sur le pays colonisé.

  6. le problème est que l’Algèrie a été une colonnie française comme l’Indochine(viet nam,cambodge et laos)mais est ce que ces 3 pays ont demandés des comptes à la France!!!est ce que ces 4 pays ont besoin de faire un travail mémoriel,je parle des colonnies pas des mandat,des régences,so tous les pays colonnisés demandaient des comptes il faudrait passer par l’onu car ils sont tellement nombreux pourquoi l’Algèrie serait un cas à part peut être parce qu’il y a beaucoup d’algèriens en France !!!!

    • Un autre esquive du débat
    • Le secrétaire général de l’Organisation nationale des Moudjahidine (ONM) Mohand Ouamar Benelhadj rejette la vision française sur l’écriture de l’histoire. Il a affirmé, lundi 10 août, que les bourreaux et les victimes ne peuvent pas écrire l’histoire ensemble.
    • Intervenant sur la dernière initiative prise par Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune d’installer une commission commune pour faire le travail de mémoire entre l’Algérie et la France, Mohand Ouamar Benelhadj a indiqué qu’il n’était pas raisonnable “de rassembler les bourreaux et les victimes sur la même table ne serait-ce que pour écrire une seule phrase”.
    • Le secrétaire général de l’OMN précise également que “l’histoire ne s’écrit pas entre les colonisateurs et le pays colonisé”. Il estime que “si la France veut vraiment trouver une solution au problème de mémoire, elle n’a qu’a rendre les archives à l’Algérie sans conditions”. En faisant référence aux Algériens, Mohand Ouamar Benelhadj conclut : “C’est nous qui avons subi les crimes de la colonisation, c’est à nous d’écrire notre histoire. Nous avons gagné cette guerre de libération, celui qui gagne la guerre, c’est à lui d’écrire l’histoire”.PAN ! DANS …DE STORA ET MACRON
  7. A notre connaissance archives révélées par Mohamed Harbi émanent des services ALN sur la population Algérienne non encore publiées très critiques vis à vis de l’action et des exactions des FLN/ALN sur cette population qui peuvent servir d’éléments d’influence par la partie Française si elle le voulait ! et qui fait comprendre que certains cotés Algérien préférent éviter le débat avec de faux prétéxtes ! comme derniérement !    STORA et MACRON n’avaient pas prévu cela sI PUBLICATION ?
    C’est pour cela que Chikhi et Mohand Benelhadj réclament à tous cris les archives saisies de l’ALN et du MALG(services de sécurité FLN) qu détenues par laFrance ***** ! et que certainement ils ont perdu !
    A NOTRE AVIS ils sont tenus …..!(si on veut ) cordialement 

  8. Effestivement pour répondre au précédent intervenant
    Ouverture d’archives en 2011 question posée à–M. Harbi,par journal EL Watan” En 2012, on annonce l’ouverture d’une partie des archives françaises liées à la guerre de Libération nationale. D’aucuns y voient une opportunité pour apporter un éclairage décisif sur certaines zones d’ombre de la guerre d’indépendance. Comment appréhendez-vous ces archives?” (non encore diffusées)

    Réponse Il y a certainement des archives qui pourraient s’avérer fort pertinentes. Il y a par exemple le bulletin de renseignement et de documentation qu’établissait le MALG.(services de renseigement ALN) Bien sûr, il glorifie le FLN mais il fournit une foule d’indications sur l’état d’esprit de la population, et ce bulletin ne laisse aucune impression d’unanimisme des Algériens.
    Quel genre de renseignements livraient ces bulletins?

    Réponsear par exemple des renseignements sur la conduite des populations, leur rapport au FLN, leur rapport à la France.
    Je dis bien c’est le bulletin du FLN, donc tout est à la gloire du FLN.
    Toujours est-il qu’à travers ces descriptions, si un historien s’empare de ces documents, il va donner une autre idée de l’opinion algérienne face au FLN.

    En tout cas, je pense que ces archives sont explosives.

    Moi, j’ai été au ministère des Forces armées comme conseiller de Krim Belkacem, et je peux vous dire que les dossiers sont terribles. Le rapport à la population n’est pas du tout ce qu’on dit. Ce sont des archives qui donnent une idée tout à fait différente de la révolution

  9. Benjamin Stora s’intéresse aux mémoires et même aux « mémoires blessées » davantage qu’aux faits historiques eux-mêmes. Ce n’est pas inintéressant, mais l’on aboutit vite avec cette approche à rendre subjectives les vérités historiques, or nous aurions besoin d’en savoir plus sur les faits. Concrètement, il apparaît par exemple étrangement compréhensif à l’égard du FLN, justifiant le choix de la « lutte armée alors qu’il y avait dautres possibilitéés.. Benjamin Stora est très silencieux sur tous ces cas.
    Il y a eu des exactions commises dans les deux camps, mais l’on ne peut pas se contenter d’une lecture hémiplégique de cette histoire. D’autant qu’implicitement, la mission confiée à Benjamin Stora paraît laisser entendre que la France est de toute façon coupable, et qu’il y aurait aujourd’hui encore des tabous : les actes de torture commis par certains soldats français sont aujourd’hui assez bien connus, mais les vrais tabous ne sont pas forcément là où l’on croit.
    Avec Mohammed Harbi plus objectif qui s’est prononcé pour une histoire dénationalisée et apaisée, une partie de la presse algérienne avait réagit en revendiquant pour les Algériens le droit de connaître leur histoire sans restriction et sans intervention de l’Etat .SANS EFFET A L HEURE ACTUELLE

    STORA au lieu de répondre sur le fond du fait de son sectarisme et de celui de ses amis interlocuteurs preférés ci dessus brandit dans un ’interview une accusation absurde de type stalinien accusant ces contradicteurs comme ceux « qui perçoivent toujours l Algérie comme colonie française. » Ce sont « les héritiers des ultras de l’Algérie française qui n’ont jamais accepté l’indépendance », clame Stora.pour clore et èviter le débat sur les’origines de la création commune de l’Algérie; des invectives débiles deviennent ses seuls arguments pas dignes d’un éléve du pére Léon Trotsky dont il fut un disciple***

  10. COMME DITOT STORA au lieu de répondre sur le fond aux critiques et sur le fait de son sectarisme et de celui de ses interlocuteurs preférés brandit dans un ’interview une accusation absurde de type stalinien accusant ces contradicteurs comme ceux “qui perçoivent toujours l Algérie comme colonie française.” Ce sont « les héritiers des ultras de l’Algérie française qui n’ont jamais accepté l’indépendance », clame Stora.pour clore un débat sur les origines de la création de l’Algérie les invectives débiles deviennent ses seuls arguments pas dignes d’un disciple de Léon Trotsky*****
    http://popodoran.canalblog.com/archives/2020/06/19/38381619.html

Comments are closed.