AccueilÉconomieVotre ArgentHausse du SNMG (SMIC) en Algérie : L'impact de l’inflation décortiqué

Hausse du SNMG (SMIC) en Algérie : L’impact de l’inflation décortiqué

Algérie – « L’inflation risque d’atténuer les effets de l’augmentation du SNMG ». C’est ce cas affirmé l’économiste et spécialiste en pauvreté Abdoune Benallouaoua livrant son analyse au sujet de la hausse du SMIC en Algérie au quotidien El Watan; rapporté dans son édition de ce 28 mai.

Répondant à une question émanant par le média de presse écrite, Abdoune Benallaoua a reconnu qu’en effet l’actuelle hausse du Salaire national minimum garanti (SNMG) représente quand même 11% soit 2.000 dinars de plus, passant de 18.000 dinars à 20.000 dinars; ce qui est considérable, a-t-il jugé. 

Selon lui, les deux mesures, notamment la suppression de l’IRG pour les revenus inférieurs à 30.000 dinars et l’augmentation du SNMG sont complémentaires. « L’abolition de l’IRG est une décision qui va renforcer l’augmentation du SNMG »; a-t-il estimé. Pour lui, ces revalorisations apportent des points positifs, vu la gravité de la situation après plusieurs années sans aucune mesure forte en faveur du pouvoir d’achat du citoyen.

Concernant l’impact de ces deux dispositifs sur le pouvoir d’achat, l’intervenant a indiqué que « le flou les entoure »; car il n’y a pas encore de décret d’application précis qui permet de déterminer leur impact. Néanmoins, selon certains experts l’augmentation des revenus suite à la combinaison de ces deux mesures; risque d’être insuffisante face à une inflation exponentielle, passant à 30% entre 2011 et 2018 (4.3% en 2018 et 1.9% en 2019), a-t-il regretté.

Par ailleurs, l’invité a cité une étude effectuée en 2015 par le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap); cette dernière a avancé un constat loin de la réalité. « Il faudrait un revenu autour de 60.000 DA pour la satisfaction des besoins de base d’une famille de 5 personnes ».

LFC 2020/IRG et SNMG : L’expert s’explique

Pour lui, le revenu représente une composante du pouvoir d’achat à côté du niveau général des prix. Cependant, la réalité en Algérie est que l’inflation est toujours non négligeable et elle risque d’atténuer les effets de telles mesures; a constaté l’orateur soulignant la nouvelle hausse des carburants incluse dans le Projet de la Loi de Finances Complémentaire 2020.

Cette dernière peut en quelques mois effacer les effets des mesures en faveur des salaires, a signalé l’expert, avant de rappeler que l’emploi informel représente une part importante de l’emploi total.

Les travailleurs informels verront-ils leurs salaires augmenter ? Alors que des salaires très en dessous du SNMG sont généralement pratiqués dans ce secteur. De même chez l’État, qui offre des rémunérations inférieures au SNMG pour les bénéficiaires des emplois créés dans le cadre du dispositif de lutte contre la pauvreté (DAS), a-t-il relevé.

Ainsi, le Projet de Loi de Finances Complémentaire 2020 propose plusieurs formules de calcul de l’IRG; ce qui va apporter un léger gain seulement aux salaires inclus entre 30.000 DA et 35.000 DA, a dénoté l’économiste.

En conclusion, Benallaoua a reconnu  que l’effet escompté par ces mesures sur le pouvoir d’achat en Algérie ne sera probablement pas atteint. À cet égard, l’économiste a appelé les entreprises à faire un effort afin d’augmenter légèrement les bas salaires. Toutefois, il faudrait prendre en compte la capacité des entreprises particulièrement durant cette période de double crise sanitaire et économique.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici