Hausse des salaires Algérie : un député s’oppose pour cette raison (vidéo)

Algérie – Lors d’une séance tenue par l’Assemblée populaire nationale, un député s’est montré défavorable à une hausse généralisée des salaires. On vous explique, ce lundi 13 septembre 2021, la raison qui motive cette prise de position. 

En effet, le Premier ministre Aymen Benabderrahmane a entamé aujourd’hui la présentation du plan d’action du gouvernement devant les membres de l’APN. Cela lors d’une séance plénière, présidée par Ibrahim Boughali, président de l’Assemblée. À l’issue de l’exposé, les députés se sont manifestés. C’est à l’image du parlementaire Ali Bensebkak qui a contesté la mesure de la hausse des salaires en Algérie.

Effectivement, prenant la parole, Bensebkak Ali, député indépendant, s’est opposé à l’augmentation salariale généralisée dans notre pays. Aux yeux du parlementaire, la hausse des revenus salariaux des Algériens est insignifiante. Cela étant donné que le pouvoir d’achat se dégrade. « La baisse et la hausse de la paie mensuelle n’a aucune signification », a déclaré l’orateur. « Préserver le pouvoir d’achat des ménages est plus important », a-t-il ajouté. Alors, il faudrait, d’après lui, empêcher la flambée des prix.

En outre, Ali Bensebkak a formulé d’autres réclamations. Le député indépendant a exhorté le ministre de la Santé à collaborer avec le secteur privé. L’intervenant a appelé le responsable du département ministériel de la Santé à effectuer des conventions entre la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et des cliniques privées. « Nous voulons nous débarrasser des maladies et non pas du malade », a déclaré l’élu à l’APN.

Le plan d’action du gouvernement présenté aux députés

Il convient de noter que les membres de l’APN ont débuté le débat général du plan d’action du gouvernement. Ce dernier se base sur l’engagement de politiques structurelles pour transformer le système économique. Et ce, afin de relancer la croissance potentielle et moderniser le système bancaire et financier. C’est de toute manière ce que rapporte l’APS, ce lundi.

Selon le même média, ledit plan d’action comporte cinq chapitres. Il est question de la consolidation de l’État de droit et la rénovation de la gouvernance, la relance et le renouveau économiques. Ainsi que le développement humain et une politique sociale renforcée, une politique étrangère dynamique et proactive. Et finalement, le renforcement de la sécurité et de la défense nationales. C’est ce que mentionne la même source.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes