Hausse du point indiciaire à 90 dinars en Algérie : la proposition d’un syndicat

Algérie – Le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) revendique, ardemment, une hausse égalant un chiffre jamais atteint, soit 90 dinars, de la valeur du point indiciaire. Nous vous expliquons la suite dans notre article du mardi 05 octobre 2021.  

Le Conseil des ministres, réuni dimanche dernier, est intervenu dans l’intention de définir la Loi de finances 2022 et d’élaborer des mesures concrètes. Cela dans le but d’améliorer le pouvoir d’achat du citoyen algérien, en proie à une hémorragie économique. Plusieurs décisions ont été prises. La plus saluée est celle relative à la hausse du point indiciaire dans la Fonction publique en Algérie. 

Le président du Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) a livré ses impressions sur le nouveau plan d’action du gouvernement. Belamouri Laghlid le qualifie d’« intrépide et important » en cette conjoncture économique difficile. La décision du gouvernement d’augmenter les grilles indiciaires entraînera, de son avis, automatiquement une revalorisation des salaires. 

Il s’agit là en effet de ce dont s’est réjoui le même syndicaliste considérant que cette mesure figurait parmi les principales réclamations du SNAPAP. Belamouri Laghlid s’est manifesté, ce lundi, dans les colonnes du quotidien généraliste Echorouk. Le locuteur a, de surcroît, exprimé son souhait de voir d’autres points satisfaits. Comme donc le doublement du point d’indice pour l’augmentation générale des salaires et pensions du secteur public. 

IRG et point indiciaire : le bilan et les attentes du SNAPAP 

Les décisions prises par le président Abdelmadjid Tebboune liées au relèvement du point indiciaire et à la révision structurelle de l’IRG (impôt sur le revenu global) représentent une véritable bouffée d’espoir pour le patron du SNAPAP. Celui-ci s’est toutefois dit préoccupé par les délais de leur exécution. En plus de la manière dont elles seront mises en œuvre. Il a, à cet effet, réclamé de doubler l’indice de base de la Fonction publique. 

Belamouri Laghlid a ainsi appelé à le porter de 45 dinars algériens à 90. C’est, selon lui, le seul moyen à même d’accorder un revenu de dignité aux fonctionnaires. Il en va de la stabilité et de la cohésion au sein de la société, a-t-il encore expliqué. « Les syndicalistes revendiquent leur intégration au processus du traitement indiciaire ». C’est en outre ce qu’a exigé l’intervenant auprès d’Echorouk

Ce dernier a affirmé qu’une hausse insignifiante du point d’indice provoquera inévitablement des grèves et protestations populaires. C’est justement pour ça qu’il recommande au gouvernement de procéder à une réunion avec tous les acteurs syndicaux. Et ce, dans un seul et unique objectif. Celui de parvenir à une solution qui puisse à la fois traiter les effets de la crise et soutenir le pouvoir d’achat des ménages modestes

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes