AccueilActualitéDes harragas squattent les maisons secondaires des Algériens en Espagne

Des harragas squattent les maisons secondaires des Algériens en Espagne

Espagne – Un nouveau phénomène surgit, cela se résume à des harragas qui squattent les maisons secondaires des Algériens dans ce pays. On vous relate toute l’information à ce sujet, dans les prochaines lignes de cet article du 22 février 2022.

À l’heure actuelle, la communauté algérienne en Espagne fait face à un terrible événement. En effet, il s’agit du phénomène de squattage des maisons secondaires des Algériens en Espagne, de la part des harragas. C’est d’après ce que souligne le quotidien Echorouk.

Au fait, la source aurait tenu des entretiens téléphoniques avec un nombre des victimes de ces faits. De ce fait, les Algériens ayant des maisons sur le sol espagnol auraient exprimé leur mépris. Cela, à l’égard des harragas occupant illégalement leurs domiciles.

Dans le détail, ces Algériens auraient été privés de se rendre en Espagne pendant plus de deux ans. Cela en raison de la crise sanitaire du Covid-19 qui a impacté les dessertes vers l’Espagne. Ou encore, à cause des prix des billets qui sont au-delà de leurs capacités. En revanche, ils se sont montrés frustrés. Et ce, en étant pris au dépourvu du fait que leurs maisons soient squattées par des harragas, indique la même source.

Algériens en Espagne : le déroulement du squattage des maisons

Dans ce contexte, les victimes de ces groupes de malfaiteurs auraient apporté plus de précisions à ce sujet. Ainsi, des harragas algériens coopèrent avec des bandits espagnols. Par conséquent, ces derniers s’emparent des maisons des Algériens coincés. Au fait, ce sont les Espagnols qui organisent tout. Par la suite, les harragas n’ont plus qu’à payer et bénéficier, illicitement, de maisons sur le territoire espagnol.

Effectivement, les malfaiteurs espagnols montent la garde pour repérer les locaux inoccupés. Notamment à Valence, Alicante et Carthagène. Au fait, ils rassemblent des informations sur les propriétaires et leurs localisations. Puis, ils s’assurent de leur inaptitude à rejoindre l’Espagne. Cela, avant d’acèder auxdites maisons et de changer les serrures.

De ce fait, ces maisons sont directement proposées en location. Et ce, contre des contrats falsifiés, à un prix compris entre 100 et 300 euros. Tandis que les vrais propriétaires, lorsqu’ils se présentent, n’ont autre que de déposer plainte au niveau de la justice. Ainsi, attendre la date de l’adjudication de leurs dossiers. Cela, même si le processus en question risque d’être lent, allant jusqu’à plus d’une année.

Par ailleurs, ces pratiques ont poussé un nombre d’Algériens ayant des maisons en Espagne à faire recours à un autre moyen. Il s’agit d’entreprises spéciales, Desokupa. Celles-ci récupèrent, de force, les maisons prises d’assaut. Et ce, contre un prix allant de 3.000 à 3.500 euros. Cependant, d’autres Algériens ont carrément renoncé à leurs maisons en Espagne. Ces derniers préfèrent donc abandonner leurs domiciles en les vendant, que de les perdre autrement.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes