Harraga Algérien en Italie : Vaste opération de régularisation de sans-papiers

Algérie/Italie – Après d’amères discussions qui durent depuis avril dernier, ce 1er juin, l’Italie ouvre officiellement la voie à la régularisation temporaire de milliers d’immigrés en situation irrégulière en Italie, dont les Algériens.

En effet, dès ce 1er juin et jusqu’au 15 juillet 2020, l’Italie autorise la régularisation des travailleurs sans-papiers; parmi lesquels figurent beaucoup d’Algériens. Néanmoins, seuls deux secteurs sont concernés, notamment l’agriculture et l’aide à domicile. Il faut savoir que si le gouvernement Italien a pris cette décision, c’est en raison de la fermeture des frontières; imposée par la pandémie du Coronavirus, faisant ainsi face à une pénurie de main d’œuvre.

Rappelons que la bataille interministérielle a commencé vers la mi-avril, avec l’appel de la ministre italienne de l’Agriculture, Teresa Bellanova. Cette dernière avait appuyé sa mobilisation face à l’absence de travailleurs saisonniers pour cause de fermeture des frontières internationales, qui risque de faire peser un risque sur les récoltes. De plus, la péninsule est également en manque d’infirmiers et d’aides-soignants.

Une situation qui a ouvert la voie à l’appel des étrangers exerçant dans ce secteur et ne possédant pas de titres de séjour. Selon la ministre italienne de l’Intérieur, environ 200.000 clandestins pourraient être régularisés au cours de cette opération. De plus, le « décret reprise »; signé vers la mi-mai destiné à soutenir l’économie face à la crise sanitaire du Coronavirus; comporte un article permettant à des milliers de clandestins et d’Algériens en situation irrégulière d’obtenir temporairement des papiers.

Italie/Sans-papiers Algériens : Comment bénéficier de cette régularisation temporaire ?

Évidemment, les personnes concernées par cette nouvelle mesure doivent répondre à certaines conditions. L’employeur devra demander la régularisation pour un travailleur arrivé avant le 8 mars dernier. Il devra, à ce titre, verser 400 euros au fonds de pension de l’État. Ou bien l’étranger; dont le titre de séjour est arrivé à échéance depuis le 31 octobre 2019 peut le faire directement auprès des administration italiennes. 

Il est à signaler que le clandestin doit travailler ou avoir déjà travaillé dans le secteur agricole ou de l’aide à domicile. Cependant, concernant les titres de séjour délivrés aux immigrés, dont les Algériens, qui se présentent spontanément sans contrat; auront six mois pour chercher un travail et espérer obtenir un renouvellement.

Par ailleurs, le gouvernement italien voit en cette action un dispositif efficace, garantissant un niveau adéquat de couverture santé en période de pandémie; combattant également les « rapports de travail illégaux » entre employeurs et employés. Toutefois, certaines associations appellent à prolonger cette disposition jusqu’au mois d’août; afin d’avoir suffisamment le temps de convaincre le plus d’agriculteurs, vu les frais qu’il y a à payer; mais aussi de sensibiliser le plus de travailleurs possible.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes